Basket

 | Livefoot  | Rugby  | Tennis  | LiveSport  | Mercato  | Actu
LIVEBASKET.fr
mercredi 28 septembre 2016
06:30 - Ils sont passés par l'Elan Béarnais : où jouent-ils aujourd'hui ? (+ carte interactive) - LAREPUBLIQUEDESPYRENEES.FR
30 joueurs qui ont un jour porté le maillot de l?Elan, avec les pros ou les Espoirs, écument cette saison un des trois championnats professionnels français. Tour d?horizon.  .       Trois en NBA Trois joueurs passés par l?Elan évoluent encore en NBA : Boris Diaw (34 ans), palois entre 2000 et 2003, découvre...

mardi 27 septembre 2016
15:35 - Basket - NBA : Boris Diaw revient sur son départ des San Antonio Spurs ! - LE10SPORT.COM
Alors que Boris Diaw n'est plus un basketteur des Spurs, le Français n'en veut pas à ses dirigeants de l'avoir cédé à l'Utah Jazz.  Après cinq saisons sous le maillot de San Antonio, dont un titre?

dimanche 21 août 2016
18:24 - Les Bleus olympiques ? Londres 2012 - BASKETRETRO.COM


jeudi 18 août 2016
18:35 - JO RIO 2016 - Basket : Boris Diaw se prononce sur l?élimination de la France ! - LE10SPORT.COM
La France est sortie par la petite porte lors des Jeux Olympiques. Boris Diaw s'est exprimé sur l?élimination des Bleus. En quarts de finale des Jeux Olympiques, la France s'est retrouvée face à?

mercredi 17 août 2016
22:25 - JO-2016: Tony Parker, l'homme qui a fait grandir le basket français - FRANCE24.COM

Même sans médaille olympique, Tony Parker est l'homme qui a hissé la France parmi les nations majeures du basket mondial en seize ans d'une carrière internationale achevée mercredi, à 34 ans, sur une lourde défaite en quarts de finale des Jeux de Rio.

Couvert de titres et d'honneurs en NBA, la grande ligue où il a servi d'éclaireur, dès 2001, à un grand nombre de compatriotes, Parker avait atteint l'objectif tant convoité, un premier titre international pour le basket français, à l'Euro-2013.

C'était la récompense d'une remarquable fidélité au maillot bleu, pour lequel il n'a jamais cessé de clamer son amour. Depuis sa première sélection, en l'an 2000, le génial meneur a conduit une douzaine de campagnes, enchaînant sans rechigner avec des saisons américaines exténuantes. Quelques fois blessé, comme au Mondial-2006, il n'a renoncé de lui-même qu'une fois à représenter son pays, au Mondial-2014, où la France était allée, sans lui, chercher une médaille de bronze.

Pourtant, TP a été pendant plus d'une décennie le joueur sur lequel ont reposé toutes les chances du basket français. Au long de ses 181 capes (2741 points, soit plus de 15 de moyenne), il a été en même temps le leader, l'inspirateur, l'organisateur et le finisseur. On ne compte plus les rencontres qu'il a gagnées presque à lui seul: la demi-finale de l'Euro-2013 contre le grand rival espagnol (32 points, proche de son record, 37 lors d'un match perdu contre la Turquie), la demi-finale de l'Euro-2011 contre la Russie (22 points), qui avait envoyé la France aux JO pour la première fois depuis douze ans, ou dernièrement la finale du TQO de Manille contre le Canada (26 points).

- Un fameux "teardrop" -

Dans ses premières années, il éblouissait surtout par son exceptionnelle vitesse balle en main, ses démarrages fulgurants et ses slaloms funambulesques au milieu des défenses, souvent conclus par son fameux "teardrop" (larme en anglais), un tir en cloche indispensable à ce joueur d'1,88 m pour lober les défenseurs les plus gigantesques.

Toujours soucieux de progresser, Parker a ensuite appris la gestion plus posée du jeu "à l'européenne" avec le sélectionneur Vincent Collet, puis s'est doté d'un tir fiable à longue distance avec l'aide d'un "shot doctor" à San Antonio et au prix d'un travail de Romain: jamais moins de 200 tirs par jour.

Comblé avec les San Antonio Spurs, quatre fois champion de NBA (2003, 2005, 2007, 2014), MVP (meilleur joueur) de la finale en 2007, six fois "All Star", payé à pris d'or (12 millions de dollars par an sans compter les contrats publicitaires) et installé dans une luxueuse villa dotée d'un terrain de basket couvert, d'un court de tennis... et d'un superbe cave, la star aurait parfaitement pu bouder la sélection.

Mais TP, né à Bruges en 1982 d'un fils de basketteur américain et d'une Néerlandaise, est français par choix et a toujours voulu "rendre à son pays ce qu'il lui a donné". Arrivé nourrisson à Denain, dans le Nord, il a passé son enfance près de Rouen, puis il a poursuivi sa formation à l'INSEP, où il a rencontré son grand ami Boris Diaw. Entretemps, il avait opté pour la nationalité française à l'âge de quinze ans. Après deux saisons au PSG-Racing, il signait pour les Spurs de l'entraîneur Gregg Popovich, son futur mentor.

- Président de l'ASVEL -

Vivant aux Etats-Unis, Parker a évidemment un côté américain: sa mentalité de gagneur et son optimisme certes, mais aussi sa façon d'afficher sa réussite et son goût pour le marketing, deux traits de caractère qui ont suscité des critiques, malgré ses nombreux engagements en faveur des enfants pauvres ou malades.

Ainsi en 2012, alors qu'on venait de lui préférer, comme en 2016, quelqu'un d'autre pour porter le drapeau tricolore à la cérémonie d'ouverture, le vice-président du CNOSF Jean-Luc Rougé avait jugé que le basketteur était "le symbole de la réussite sportive mais également du clinquant et du sport business".

Chanteur de rap à ses heures - il a même sorti un album en 2007 - Parker est aussi un "people", en France et aux Etats-Unis. Son mariage puis son divorce avec l'actrice Eva Longoria ont fait le bonheur des journaux à sensations. Il s'est remarié en 2014 avec une Française, Axelle Francine, avec laquelle il a eu deux enfants, le dernier né juste avant les Jeux, le 29 juillet.

Parker ne jouera plus pour les Bleus et son grand rêve de décrocher une médaille olympique restera inassouvi. Mais sa carrière va se poursuivre quelques saisons aux Etats-Unis et il restera lié au basket français en tant que président de Villeurbanne, le club dans lequel il a investi.



lundi 15 août 2016
09:25 - Boris Diaw : « Je ne crois pas à la destinée » - BASKETSESSION.COM


mercredi 10 août 2016
21:36 - JO : Boris Diaw au bord du triple-double face à la Serbie - BASKET-BALLWORLD.FR


mardi 09 août 2016
05:24 - Les Bleus ont rebondi, avec sérieux mais sans vraiment forcer - EUROSPORT.FR
JO RIO 2016 - Après la claque reçue face à l'Australie, les Bleus de Tony Parker et Boris Diaw ont rebondi face à la Chine (88-60). Avec une bonne défense et des leaders au rendez-vous à l'image de Nando de Colo (19 pts), les Français n'ont pas eu à forcer avant de retrouver la Serbie mercredi.

samedi 06 août 2016
14:05 - JO-2016/Basket: pour les Bleus déjà un match crucial face à l'Australie - FRANCE24.COM

Inquiétants lors de la préparation olympique, les basketteurs français devront se remettre d'aplomb dès leur entrée en piste à Rio contre l'Australie samedi (19h15 française), un match déjà crucial.

Les Bleus feraient bien de ne pas rater leur entrée en matière pour se donner des chances de faire mieux que quatrièmes, la dernière place qualificative pour les quarts de finale. Car deux des autres membres de cette poule A, la Serbie, vice-championne du monde, et surtout les États-Unis, seront bien plus difficiles à accrocher.

Il leur faudra pour cela montrer un autre visage que lors de la préparation en Argentine. Sans Tony Parker, resté aux Etats-Unis pour profiter de la naissance de son deuxième garçon, les Tricolores se sont inclinés trois fois en trois matches: contre les Serbes (88-105), la Croatie (70-76) et la vieillissante sélection argentine (79-86).

Cela n'a rien de rassurant à l'heure d'affronter les "Boomers" et leur cinq majeur à l'accent NBA. S'ils n'ont encore jamais remporté une seule médaille, JO et Mondial confondus, les Australiens présentent une sélection solide qui peut donner du fil à retordre aux Bleus.

"C'est une équipe très physique qui mise beaucoup sur cette qualité. Il faudra les empêcher d'installer leur jeu bien huilé", explique le capitaine Boris Diaw, qui croisera l'un de ses anciens partenaires, Patty Mills.

Le joueur de 27 ans évolue chez les Spurs de San Antonio où il partage le poste de meneur avec Parker. C'est l'une des vedettes de l'équipe australienne qui peut aussi compter sur d'autres joueurs de talent comme l'imposant Andrew Bogut (2,07 m, 122 kg).

L'ancien intérieur de Golden State a surmonté la blessure au genou gauche qui l'avait privé de la finale NBA pour revenir juste à temps pour Rio. David Andersen, champion de France avec Villeurbanne cette saison, est là pour renforcer le secteur intérieur.

Les autres joueurs les plus dangereux sont l'arrière de Milwaukee Matthew Dellavedova, l'intérieur de Detroit Aron Baynes ainsi que Joe Ingles (arrière-ailier), partenaire de Rudy Gobert au Utah Jazz.

En termes de profondeur de banc, les Australiens semblent néanmoins un ton en-dessous des Bleus. L'efficacité des rotations pourrait faire la différence.



vendredi 05 août 2016
08:25 - JO-2016: quand Hollande badine avec les athlètes au Village olympique - FRANCE24.COM

Qui a dit que François Hollande était impopulaire ? Dans le Village olympique de Rio de Janeiro, le président a pu constater que son aura internationale, au moins dans le monde du sport, était inversement proportionnelle à ses sondages nationaux.

Jeudi, c'est en fin de matinée que le chef de l'Etat, venu soutenir la candidature de Paris-2024, a pénétré dans le Village. Ou plutôt la cité, un vaste quartier piqué de grandes tours froides que les délégations ont opportunément décoré de leurs couleurs. Les Portugais cohabitent avec les Turcs et les Azerbaïdjanais. Les Belges sont avec les Allemands. L'Australie a fini par revenir, après être partie en râlant.

Dès son arrivée, le chef de l'Etat est accueilli par une brochette d'armoires à glace. Le judoka Teddy Riner, les basketteurs Nicolas Batum et Boris Diaw. Il y a aussi le gardien de hand Thierry Omeyer et le pistard Grégory Baugé. On plaisante, on évoque la victoire des filles en foot, la veille, contre la Colombie (4-0), qui lance parfaitement la France.

François Hollande s'invite ensuite dans l'immeuble des Français, salue les kinés, les médecins. "Teddy, tu fais garde du corps ?", lance une voix goguenarde alors que le colosse de 140 kilos monte les escaliers derrière lui.

Mais ce sont les handballeurs qui monopolisent l'attention. C'est une de leurs chambres que le président visite, un duplex agrémenté d'une terrasse avec jacuzzi au 18e étage, qui domine le Village. "On n'a pas pu remplir le jacuzzi", s'excuse Michaël Guigou, double champion olympique, d'humeur légère.

Claude Onesta, le sélectionneur, papa, patron, fait la visite. "La compétition va être longue", dit le président. "Jusqu?au dernier jour des Jeux, on espère", répond Onesta en référence à la finale prévue le 21 août. "Si on est libre le dernier jour, c?est pas bon".

- 'Vous viendrez à l'Elysée !' -

Comment orchestrer cette longue période de promiscuité ? "Il faut bien s'entendre pendant trois semaines. Tant que ça sourit, ça va", convient le coach. Et son interlocuteur d'en rajouter, en expert: "Gérer ceux qu'on aime, on y arrive. Gérer les autres, c'est plus compliqué !"

Du coup, tout le monde veut sa part. Les filles du hand débarquent et claquent une bise aux garçons. "Vous les connaissez ?" s'amuse François Hollande. Plus tard, il les retrouvera à la cantine. Elles se désolent que le président ne reste pas jusqu'à samedi pour leur entrée en lice face aux Pays-Bas. Alors il promet: "Si vous avez une médaille d'or, vous viendrez à l'Elysée".

En attendant, il pose, assis à table avec le groupe, avant de se livrer à un selfie plus intime avec Béatrice Edwige.

Pendant que son service de sécurité reste debout, au pain sec et à l'eau, le président termine sans chichi son plateau. Arrivent les nageurs Florent Manaudou, Fabien Gilot et quelques autres Français. La conversation reprend, interminable.

Le président a clairement tout à gagner à ce que ces athlètes fournissent son lot de médailles à une nation française fatiguée de compter ses victimes du terrorisme. Mais son plaisir n'est pas feint. Tous les 10 mètres, il doit faire un selfie. Une Algérienne, une Ethiopienne, trois grandes Chinoises à la limite de l'hystérie. Il s'y prête sans rechigner, voire en redemande.

"Je suis très content que vous soyez là", lui dit un Portugais. Hollande lui fait une accolade. "Sans rancune !", dit-il en référence à la finale de l?Euro perdue par les Bleus le 11 juillet face aux Lusitaniens.

"Il faut le laisser partir maintenant!", s'impatiente Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais lui n'a pas l'air pressé. Lorsque passe Céline Dumerc, capitaine de l'équipe de France de basket, claudiquante sur ses béquilles après avoir déclaré forfait, le président sait parfaitement à qui il a à faire. Il la prend dans ses bras, sincèrement désolé.

"Il y a une bonne ambiance, je trouve", fait-il remarquer à l'AFP entre deux selfies.



mercredi 03 août 2016
19:35 - Basket : Boris Diaw affiche sa motivation avant le début des JO ! - LE10SPORT.COM
À quelques jours du début des JO de Rio, l?équipe de France de Basket ne s'est pas rassurée lors des matches de préparation. Qu'importe, Boris Diaw a affiché une grande motivation? Alors que les Jeux?

12:34 - JO 2016 : Diaw et Lauvergne impatients d?en découdre - RMCSPORT.BFMTV.COM


mardi 02 août 2016
18:25 - JO-2016/Basket: trois défaites et bien plus d'inquiétudes pour la bande à Parker - FRANCE24.COM

Trois matches de préparation et trois défaites, une défense en souffrance et un Nando Do Colo seul en attaque : les voyants sont au rouge pour la bande à Tony Parker à quatre jours de ses débuts à Rio et son ultime défi, le podium olympique.

Certes, les Bleus n'avaient pas leur leader sur le parquet : Parker était retenu par la naissance de son deuxième enfant, Liam, le 29 juillet.

"Mon fils Liam et sa maman se portent bien, tellement heureux d'être papa pour la seconde fois", a tweeté le meneur des San Antonio Spurs il y a quatre jours.

La star de la NBA, un temps en lice pour devenir le porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture mais finalement dépassé par Teddy Riner, est annoncé mardi à Rio, précédant de quelques heures l'arrivée de ses coéquipiers.

"TP" va désormais se concentrer sur son dernier objectif avec l'équipe de France : décrocher une médaille aux Jeux, la compétition qui le fait rêver depuis qu'il s'est lancé dans l'aventure bleue en 2000, avec une victoire au Championnat d'Europe des moins de 18 ans avec son ami Boris Diaw.

Les chantiers ne manquent pas pour les hommes de Vincent Collet, qui se sont inclinés en préparation contre la Serbie en encaissant plus de 100 points (105-88), la Croatie (76-70) et l'Argentine (86-79).

"On sentait qu'il y avait des hésitations, un manque de fluidité, la confiance était un peu absente aussi. Tout ça, il faut que l'on reconstruise patiemment", a reconnu le sélectionneur tricolore après le revers contre la Croatie.

- 'Monter notre niveau' -

La saison à rallonge, l'éprouvant voyage à Manille pour décrocher le billet pour le Brésil et l'intensité de la préparation olympique sur le continent sud-américain peuvent expliquer en partie la fatigue des joueurs.

"C'est évident que nous allons devoir monter notre niveau pour le tournoi olympique", a admis un Collet réaliste.

Ses joueurs ont failli contre l'Argentine derrière la ligne des trois points, comme en témoigne le famélique 4 sur 19 enregistré lundi soir à Cordoba (centre de l'Argentine), contre 19 sur 41 pour l'Albiceleste !

En l'absence de Parker, c'est De Colo qui a pris en mains l'équipe de France et terminé meilleur marqueur des Bleus contre l'Argentine (20 points) et la Croatie (17 pts).

Le Nordiste continue de surfer sur sa fin de saison avec le CSKA Moscou, marquée en mai par une victoire en Euroligue assortie du titre de MVP, non seulement de la saison régulière mais également du Final Four. Derrière en revanche, on cherche les soutiens.

"On a besoin que nos joueurs reprennent des couleurs, comme Nicolas (Batum), ou Rudy (Gobert) qui a été moins bien" face à la Croatie que contre la Serbie, a expliqué Collet.

La France a construit ses succès internationaux ces dernières années (or à l'Euro-2013, argent à l'Euro-2011, et bronze au Mondial-2014 et à l'Euro-2015) sur une défense de fer. Là, elle vient d'encaisser en moyenne près de 90 points par match.

Seul point positif de cette tournée de préparation, les Bleus ont su montrer du caractère pour revenir dans la rencontre face à l'Argentine de Manu Ginobili et Carlos Delfino, après un premier quart-temps raté.

A Rio, les Bleus entreront en lice samedi contre l'Australie (14h15 locales, 19h15 françaises), avec dans leur poule l'ogre américain et la Serbie notamment. Un faux départ pourrait les pousser vers un cador dès les quarts de finale, comme ce fut le cas à Londres où la bande à Parker avait été éliminée par l'Espagne.



lundi 01 août 2016
16:33 - Boris Diaw et Manu Ginobili, des retrouvailles et un café - BASKETSESSION.COM


vendredi 29 juillet 2016
17:58 - Le match rétro de la semaine : Team USA ? France JO 2012 phase de poule - BASKETRETRO.COM


mercredi 27 juillet 2016
18:35 - Basket - NBA : Tony Parker évoque l'après Tim Duncan et Boris Diaw pour les Spurs ! - LE10SPORT.COM
Alors que Tim Duncan a pris sa retraite et que Boris Diaw a rejoint les Utah Jazz, Tony Parker évoque la saison à venir pour les San Antonio Spurs. Avec la retraite de Tim Duncan et le départ de?

dimanche 24 juillet 2016
08:54 - Basket-Ball : avant l'envol, les Bleus dans leur cocon palois - LADEPECHE.FR
Réunie à Pau depuis mercredi dernier, dans son cocon comme le qualifie Boris Diaw, le capitaine, l'équipe de France masculine, momentanément privée de Tony Parker (sa compagne doit donner naissance à son deuxième enfant), aborde avec enthousiasme et fraîcheur la dernière phase de sa préparation. «La semaine de repos a fait du bien à tout le monde, il le fallait. On est revenu avec un peu plus de fraîcheur», reconnaît l'arrière Nando De Colo....

samedi 23 juillet 2016
14:21 - Basket ? JO : Boris Diaw annonce les ambitions françaises ! - TRIBUNESPORTS.NET


vendredi 22 juillet 2016
16:25 - JO-2016/Basket: les Bleus plein d'enthousiasme et de fraîcheur - FRANCE24.COM

L'équipe de France masculine de basket-ball, réunie à Pau depuis mercredi, aborde avec enthousiasme et plein de fraîcheur la dernière phase de sa préparation qui doit la mener aux jeux Olympiques de Rio 2016 (5-21 août).

Les Bleus, privés du meneur Tony Parker parti à San Antonio au chevet de sa compagne qui doit donner naissance à son deuxième enfant dans les prochaines heures, ont repris leur habituel quartier d'été "dans leur cocon palois" comme le qualifie le capitaine Boris Diaw, dix jours après leur qualification.

"La semaine de repos a fait du bien à tout le monde, il le fallait. Là on a une dernière ligne droite, on est revenu avec un peu plus de fraîcheur", reconnait l'arrière Nando De Colo.

Après une mise en bouche mercredi à la Dune du Pilat (Gironde), cette petite semaine de stage va servir à réintégrer le pivot Rudy Gobert, absent du TQO de Manille, "qui fait partie des trois meilleurs pivots défensifs au monde", selon l'ailier Nicolas Batum.

"On a un groupe complet, c'est ce que l'on voulait avant de partir aux JO. On a une équipe qui va de l'avant, en étant à la fois ambitieuse, concentrée et motivée", souligne Diaw confiant.

-'Pas juste faire acte de présence'-

"Sur le papier et peut-être même sur le terrain, on est plus fort qu'à Londres", estime De Colo. "On a un groupe qui sait où il veut aller. A Londres, c'était une première pour tout le monde, on était plus attentif à ce qui se passait qu'au fait qu'on était là pour chercher quelque chose. Aujourd'hui, on sait que les JO, ce n'est pas juste faire acte de présence, mais on y va pour aller chercher une médaille."

Autre objectif annoncé lors de ces retrouvailles béarnaises, gommer les imperfections qui sont apparues lors du TQO durant lequel le jeu français s'est plusieurs fois délité en "améliorant notre fond de jeu sur les aspects défensifs et offensifs afin de franchir un cap" fixe le sélectionneur Vincent Collet.

Ce cap, Batum l'a résumé en rappelant qu'à Londres "on avait fait une belle campagne et qu'à trois minutes près (défaite 59-66 contre l'Espagne en quarts de finale), on était en demi-finales".

"On sait ce que l'on doit faire, on a quatre ans de plus, on a eu trois médailles européennes (or en 2013, bronze en 2015) et mondiale (bronze en 2014) depuis, on connaît nos erreurs dans les matches couperets, on sait ce que l'on doit bosser", a poursuivi l'ailier de Charlotte.

Les Bleus s'envoleront mardi prochain à destination de Cordoba, en Argentine, pour un dernier stage avec trois matches de préparation programmés contre la Serbie (que la France retrouvera en poules au Brésil) le vendredi 29 juillet, la Croatie le samedi 30 juillet et l'Argentine le 1er août.

Ils débuteront leur campagne olympique de Rio contre l'Australie le samedi 6 août.



samedi 16 juillet 2016
19:35 - Basket - NBA : Quand Rudy Gobert réclamait Boris Diaw à sa direction ! - LE10SPORT.COM
Alors que Boris Diaw est un nouveau joueur du Jazz d'Utah, Rudy Gobert révèle qu'il est à l'origine de l'arrivée de l'ailier. Alors que la Free Agency est officiellement ouverte depuis le 1er?

mercredi 13 juillet 2016
18:05 - Basket: la France avec Gobert aux JO-2016 de Rio, mais pas Fournier - FRANCE24.COM

Aux côtés du leader Tony Parker, le pivot Rudy Gobert fait bien partie des 12 sélectionnés par Vincent Collet qui défendront les couleurs de l'équipe de France de basket aux Jeux de Rio (5-21 août), contrairement à l'arrière Evan Fournier, selon la liste dévoilée mercredi par la Fédération française de basket.

Outre Parker et Gobert, l'équipe de France sera composée sans surprise de Nicolas Batum, Boris Diaw, Nando De Colo, Mickaël Gelabale, Thomas Heurtel, Florent Piétrus, Joffrey Lauvergne, Kim Tillie, Charles Kahudi et Antoine Diot, tous présents au tournoi qualificatif olympique de Manille (TQO), où les Bleus ont décroché leur billet dimanche.

A l'instar de Gobert, Fournier n'était pas présent aux Philippines. Mais contrairement au pivot des Jazz, dont la présence s'est avérée indispensable pour muscler le secteur intérieur de l'équipe, l'arrière d'Orlando n'a pas été retenu.

Sa présence dans les 12 aurait dû obliger le sélectionneur à sacrifier soit Kahudi soit Diot, ce que Vincent Collet n'a pas souhaité faire, compte tenu de leurs services rendus à Manille.

Les Bleus entameront leur préparation par un stage à Pau du 20 au 25 juillet, auquel ne prendra pas part Tony Parker, dont l'épouse attend leur deuxième enfant.

La star des San Antonio Spurs rejoindra normalement ses coéquipiers pour le tournoi préparatoire à Cordoba en Argentine (du 29 juillet au 1er août) auquel participent l'Argentine donc, ainsi que la Croatie et la Serbie.

La Serbie sera d'ailleurs un des cinq adversaires des Français dans le groupe A avec les Etats-Unis, la Chine, l'Australie et le Venezuela. Le tournoi olympique débutera le 6 août par un match contre les Australiens.

Les 12 Français de Rio (avec leur club pour la saison 2015/16):

Meneurs: Tony Parker (San Antonio Spurs/NBA), Thomas Heurtel (Efes Istanbul/TUR), Antoine Diot (Valence/ESP)

Arrière: Nando de Colo (CSKA Moscou/RUS)

Ailier: Charles Kahudi (Villeurbanne/FRA), Mickaël Gelabale (Le Mans/FRA), Nicolas Batum (Charlotte Hornets/NBA, absent au début du TQO)

Ailiers forts: Boris Diaw (San Antonio Spurs/NBA), Florent Piétrus (Nancy/FRA)

Pivots: Joffrey Lauvergne (Denver Nuggets/NBA), Kim Tillie (Vitoria/ESP), Rudy Gobert (Utah Jazz/NBA)



dimanche 10 juillet 2016
14:50 - Basket ? Equipe de France ? Suivez la finale du TQO entre le France et le Canada en DIRECT - INFOBASKET.FR


14:35 - Basket - NBA : Tony Parker «triste» du départ de Boris Diaw ! - LE10SPORT.COM
Alors que San Antonio a enregistré l'arrivée de Pau Gasol, les Spurs ont dû se séparer de quelques joueurs afin de baisser la masse salariale. Et c'est Boris Diaw qui en a fait les frais. Alors?

08:42 - La France n'est plus qu'à une marche de Rio - LADEPECHE.FR
La France affrontera cet après-midi (15h, en direct sur Canal + Sport) le Canada pour une place aux JO, en finale du TQO de Manille, après avoir battu hier la Turquie en demi-finale 75 à 63. «C'était un match difficile, pas une victoire facile. Nous ne sommes toujours pas satisfaits par la manière dont nous avons débuté le match, c'est la troisième fois maintenant dans ce tournoi», regrettait le capitaine des Bleus, Boris Diaw, passée la joie...

samedi 09 juillet 2016
18:05 - Basket: la France qualifiée pour la finale du TQO de Manille - FRANCE24.COM

La France affrontera dimanche le Canada pour une place aux JO-2016, en finale du Tournoi de qualification olympique (TQO) de Manille, après avoir battu samedi la Turquie en demi-finale 75 à 63.

Malgré une très mauvaise entame de demi-finale et un rapide retard de 10 points en tout début de match, les Français ont vite remonté la pente et assuré une bonne défense à l'image de Boris Diaw, omniprésent, pour prendre un léger avantage en fin de premier quart-temps (18-16).

Bien aidés par leur banc - déterminant samedi -, les Bleus, plus impliqués au rebond lors du deuxième quart, ont réussi à creuser l'écart à la pause (37-30), face à des Turcs multipliant les échecs à longue-distance.

Sous l'impulsion d'un excellent Thomas Heurtel (17 points), toujours solides en défense et confiants en attaque, les hommes de Vincent Collet ont ensuite accéléré au troisième quart-temps (terminé à 53-43), durant lequel ils ont même compté jusqu'à 20 points d'avance.

Les efforts de Cedi Osman et Semih Erden ont certes permis aux Turcs de réduire l'écart jusqu'à huit points dans le dernier acte, en vain: les coéquipiers de Nando De Colo ont finalement repris le dessus en toute fin de partie, pour assurer leur place en finale.

Il s'agira pour les Bleus de mieux démarrer leur match dimanche, face à des Canadiens affûtés, qui ont disposé plus tôt dans la journée de la Nouvelle-Zélande (78-72) dans la première demi-finale.



12:05 - Basket: France-Turquie au TQO, avant-dernière marche vers le Brésil - FRANCE24.COM

L'équipe de France de basket, qui affronte la Turquie en demi-finale du tournoi de qualification olympique, samedi à Manille, doit remporter ses deux derniers matches pour décrocher son billet pour les jeux Olympiques de Rio (5-21 août).

Une victoire face à la Turquie en demie, puis en finale face au vainqueur de Canada-Nouvelle-Zélande enverrait au Brésil les hommes de Vincent Collet, qui doivent désormais être "à leur meilleur niveau", selon les mots du sélectionneur.

Après deux victoires difficiles face aux Philippines (93-84) et à la Nouvelle-Zélande (66-59) en phase de poule, "les choses sérieuses vont commencer, un gros match contre la Turquie", souligne le meneur Tony Parker.

Après une entame compliquée, les Bleus doivent maintenant frapper fort et assurer. Tout le contraire de leurs deux dernières rencontres. Face aux Kiwis, la France s'est en effet imposée au finish, après avoir été dominée jusqu'au début du quatrième quart-temps.

"On a été faibles au rebond, faibles aussi dans le jeu sans ballon alors il a fallu trois quarts-temps avant qu'on retrouve de la mobilité sans la balle", a analysé le sélectionneur.

Pour améliorer les performances dans ces compartiments de jeu, les Bleus comptent surtout sur Nicolas Batum, l'ailier des Chalotte Hornets, qui a obtenu le feu vert de sa franchise de la NBA pour disputer ce tournoi, après la signature de son nouveau contrat.

"On sait que Nicolas est notre meilleur joueur pour ça", a souligné Collet, confirmant que Batum, jusqu'ici sur le banc, serait aligné contre la Turquie.

"On sait ce que Nicolas peut apporter sur le terrain, défensivement, offensivement, une puissance de feu offensive, des paniers, de la taille sur les postes extérieurs, plein de choses", a ajouté le capitaine Boris Diaw.

Car, "comme on l'a vu depuis le début de ce tournoi, ce ne sera pas facile, il n'y a que des équipes qui rêvent d'aller aux JO, donc on sait qu'ils vont tout donner dans ce match-là et ce sera dur", prévient Diaw.

- "Défaite interdite" -

Lors de leur précédente confrontation, à l'Euro-2015 en France, les coéquipiers de Tony Parker avaient surclassé la Turquie en huitièmes de finale (76-53).

Elle reste cependant "une équipe dangereuse" composée de joueurs qui "peuvent prendre feu", souligne Parker.

Et ils ont "pas mal de +taille+ à l'intérieur, qui est assez efficace entre Asik, Erden et Savas, trois joueurs qui sont de très haut niveau en Europe, en NBA aussi", ajoute Diaw, décrivant une "équipe assez complète" qui joue bien au basket.

Méfiance, donc, car "on n'a plus aucun droit à l'erreur, maintenant c'est défaite interdite", prévient Vincent Collet.

Outre Batum, le sélectionneur compte aussi sur l'apport du banc qui s'est révélé "déterminant" face à la Nouvelle-Zélande.

"C'est plutôt quelque chose de rassurant en vue de ce week-end, sachant que non seulement il faut battre la Turquie mais que, en 24 heures il faudra battre le vainqueur de Canada-Nouvelle Zélande", l'autre demi-finale également samedi, ajoute Vincent Collet.

Seul le vainqueur du tournoi obtiendra un billet pour les JO de Rio alors que, outre les Philippines, le Sénégal est aussi éliminé.

Les basketteurs français espèrent bien imiter leurs collègues footballeurs vainqueurs de l'Allemagne jeudi en demi-finale de l'Euro-2016, un match que certains basketteurs ont confié avoir regardé en dépit du décalage horaire, la rencontre ayant débuté à 03H00 à Manille.

La qualification de la France en finale de l'Euro-2016 pourrait-elle être une source d'inspiration pour les basketteurs? "Ca ne peut avoir qu'un effet positif", juge Vincent Collet.



vendredi 08 juillet 2016
22:44 - Tony Parker sur le transfert de Boris Diaw : « Je suis très triste mais c'est le business » - BASKETSESSION.COM


jeudi 07 juillet 2016
13:21 - Basket ? NBA : Boris Diaw content de son transfert au Utah Jazz - TRIBUNESPORTS.NET


12:35 - Basket - NBA : Boris Diaw évoque sa relation avec Tony Parker ! - LE10SPORT.COM
Alors que Boris Diaw a été transféré à Utah, où il rejoindra Rudy Gobert, il ne jouera plus avec son ami de toujours Tony Parker. Il a d'ailleurs évoqué sa relation avec le meneur de jeu. Boris?

11:05 - Basket: France - Nouvelle-Zélande, déjà en demies, pour la tête du groupe - FRANCE24.COM

L'équipe de France, déjà qualifiée pour les demi-finales du tournoi de qualification olympique (TQO) de Manille et victorieuse mardi contre les Philippines en ouverture, affronte jeudi la Nouvelle-Zélande, elle aussi qualifiée, avec l'objectif de finir en tête du groupe B.

Une première place en cas de victoire qui permettrait aux coéquipiers de Tony Parker -assez peu convaincants face à des Philippins surmotivés mardi-, d'éviter le Canada en demi-finale samedi et d'assurer une confrontation face à la Turquie ou au Sénégal (les deux autres équipes du groupe A). Avant, peut-être, une "finale" pour le ticket olympique face au Canada, qui compte plusieurs joueurs NBA dans ses rangs.

"On veut la première place de ce groupe-là, donc à nous de pas se faire piéger par la Nouvelle-Zélande qui joue un basket plutôt agréable à voir, avec beaucoup de mouvements, avec des physiques un peu atypiques", a ainsi résumé le meneur français Antoine Diot.

- 'Ça joue bien au basket' -

La tâche ne sera pas évidente car de même que face aux Philippines, il s'agira d'un match "atypique" devant une équipe qui joue "un basket un peu différent que ce qu'on a l'habitude de voir", comme l'a expliqué l'intérieur Joffrey Lauvergne.

Un basket qui leur a permis de dominer mercredi les Philippines (89-80) chez elles, éliminant ainsi les hôtes de ce TQO. Une performance non négligeable.

L'équipe de France, qui dispose d'un jour de repos de plus, a rencontré seulement deux fois les "Tall Blacks" dans son histoire. Elle garde un très mauvais souvenir de leur dernière rencontre, une défaite 82 à 70 au Mondial-2010.

"Ca n'est pas forcément une grande équipe avec des grands joueurs, mais on sait que ça joue bien au basket, donc ça va être un match difficile comme contre les Philippines", a prévenu mercredi le meneur Thomas Heurtel.

Dans le groupe A, le Canada s'est lui qualifié et assuré la première place plus tôt dans la journée, en battant sur le fil le Sénégal 58 à 55. Un Canada redoutable dans ce TQO, puisqu'il avait déjà disposé assez facilement de la Turquie en ouverture mardi (77-69), et qui pourrait donc retrouver les hommes de Vincent Collet dans une finale (dimanche) cruciale pour la "génération Parker".

Le défi est clair: "Il faut gagner trois matches pour se qualifier pour les JO, et c'est notre objectif", avait résumé mardi le capitaine français Boris Diaw.






























Contact     | Mentions Légales     | Charte cookies     | © Copyright of Livebasket.fr