Basket

 | Livefoot  | Rugby  | Tennis  | LiveSport  | Mercato  | Actu
LIVEBASKET.fr
mercredi 04 mai 2016
09:00 - Playoffs 1994 : Charles Barkley (56 points) élimine les Golden State Warriors - BASKETRETRO.COM


samedi 30 avril 2016
16:44 - Bilan de saison 2016, version Bulls : un autre record 20 ans après, celui de la plus grosse bouse - TRASHTALK.FR


vendredi 29 avril 2016
16:35 - Basket - NBA : Pau Gasol ouvre la porte aux Spurs ! - LE10SPORT.COM
Alors que Pau Gasol se retrouvera sur le marché l?été prochain, l'Espagnol se verrait bien du côté des Spurs comme l'a prédit son frère. Pau Gasol vient de vivre une saison délicate avec les Chicago?

09:25 - Playoffs 1991 : quand Michael Jordan ridiculise les Knicks en une action - BASKETRETRO.COM


jeudi 28 avril 2016
17:30 - Il y a 21 ans, Michael Jordan signait son retour en playoffs avec 48 points - BASKETRETRO.COM


mardi 26 avril 2016
21:45 - NBA: Steve Kerr (Golden State) entraîneur de l'année - FRANCE24.COM

Steve Kerr, des Golden State Warriors, a été élu mardi l'entraîneur de l'année en NBA pour la saison 2015-2016, devant le technicien de Portland Terry Stotts.

Kerr, 50 ans, ancien champion NBA comme joueur avec les Chicago Bulls de Michael Jordan, a mené les Warriors vers une saison historique à tous points de vue, battant surtout le record de victoires sur une saison régulière: 73 contre seulement 9 défaites. Un record détenu précédemment par... les Bulls de 1995-1996, où évoluait déjà Steve Kerr.

Les Warriors, emmenés par le génial meneur de jeu Stephen Curry -grand favori pour le titre de meilleur joueur de la saison-, ont également battu le record du meilleur début de saison de l'histoire à domicile (24 victoires de suite) ainsi que le record du plus grand nombre de succès à l'extérieur en une saison (34).

Les joueurs de la baie de San Francisco sont aussi la première équipe de l'histoire de la NBA à ne jamais avoir perdu deux matches consécutifs cette saison.

Des performances qui ont permis à Kerr, pour sa deuxième saison à la tête des Warriors, d'être le préféré des journalistes sportifs, alors qu'il avait raté toute la première moitié de la saison à la suite d'une opération au dos, ne revenant au jeu qu'en janvier 2016.



10:35 - Basket - NBA : Quand Pau Gasol est envoyé aux Spurs? par son frère ! - LE10SPORT.COM
Alors que Pau Gasol sera probablement free agent à l'issue de la saison, son frère le verrait bien aux Spurs. Auteur d'une saison très délicate avec les Chicago Bulls, Pau Gasol devrait quitter la?

dimanche 24 avril 2016
12:09 - Air Jordan 17+ Bulls : un modèle rétro premium au prix maximum en hommage à de Sa Majesté - TRASHTALK.FR


12:09 - Air Jordan 17+ Bulls : un modèle rétro premium au prix maximum en hommage à Sa Majesté - TRASHTALK.FR


vendredi 22 avril 2016
17:17 - Jimmy Butler prend la non-qualification des Bulls en Playoffs pour lui : l?été va être sympa à Chicago - TRASHTALK.FR


14:00 - Il y a 28 ans, les 26 points et 35 rebonds de Charles Oakley - BASKETRETRO.COM


09:30 - 22 avril 1947 : les Warriors de Joe Fulks remportaient leur premier titre - BASKETRETRO.COM


jeudi 21 avril 2016
11:19 - Tom Thibodeau nouvel entraîneur de Minnesota - SPORT.FR
Tom Thibodeau, l'ancien coach des Chicago Bulls, a été choisi pour être le nouvel entraîneur des Minnesota Timberwolves.

01:42 - Les pleins pouvoirs à Tom Thibodeau - RDS.CA
Les Timberwolves du Minnesota ont embauché l'ancien entraîneur-chef des Bulls de Chicago à titre d'entraîneur et de président des opérations basketball.

mercredi 20 avril 2016
20:48 - Basket ? NBA ? Minnesota : Tom Thibodeau en pole - INFOBASKET.FR


14:00 - Il y a 30 ans, les 63 points de Michael Jordan devenu Dieu au Garden de Boston - BASKETRETRO.COM


lundi 18 avril 2016
17:44 - [Jeu-concours] A gagner, un maillot rétro de Chris Mullin ! - BASKETRETRO.COM


dimanche 17 avril 2016
13:05 - Etats-Unis: les premiers pas du rugby pro suivis avec intérêt en Europe - FRANCE24.COM

Alors que le rugby américain lance dimanche sur la pointe des pieds son premier Championnat professionnel, les Etats-Unis suscitent beaucoup d'intêrêt parmi les clubs européens, et même jusqu'aux All Blacks.

Avec seulement cinq équipes (San Francisco, Sacramento, Denver, Ohio et San Diego), un déficit de notoriété et une exposition médiatique relativement limitée, le PRO Rugby va avoir du mal à se faire de la place au pays des tout-puissants football américain, baseball, basket-ball et hockey sur glace.

Son promoteur Doug Schoninger, un homme d'affaires new-yorkais, ne le conteste pas, mais croit avoir les arguments pour installer le rugby, durablement et rapidement, dans le paysage sportif américain.

"Le rugby est un sport fait pour ce pays avec ses valeurs d'intégrité, de respect et de discipline", explique-t-il.

Comme l'équipe nationale, les Eagles, dirigée depuis peu par le Néo-Zélandais John Mitchell, ne sort de son relatif anonymat que tous les quatre ans à l'occasion de la Coupe du monde, Doug Schoninger a voulu profiter du retour du rugby au programme des JO, très suivis aux Etats-Unis, pour frapper les esprits.

Il a recruté quelques joueurs étrangers de renom et/ou sur le retour, comme l'ancien All Black Mils Muliaina, sélectionné à 100 reprises sous le célébre maillot noir et champion du monde 2011, qui a rejoint San Francisco, l'ex Springbok Pedrie Wannenburg qui défendra les couleurs de Denver ou l'international italien Mirco Bergamasco envoyé à Sacramento.

"Les joueurs étrangers ont été sensibles à nos arguments, il n'y en a que quinze cette saison, mais il y en aura beaucoup plus la saison suivante", assure le patron de PRO Rugby qui espère étendre son championnat au Canada.

"Vivre aux Etats-Unis attire, notre saison est parfaite pour les joueurs plus âgés: avec douze matches, c'est plus facile d'être au top durant toute une saison", détaille-t-il.

- Partenariat Racing 92/Austin -

L'initiative n'est pas passée inaperçue en Europe, du côté des joueurs comme des dirigeants des grands clubs européens qui considèrent les Etats-Unis comme un marché d'avenir.

En mars dernier, un match du Championnat d'Angleterre a opposé les Saracens aux London Irish à New York, tandis que les All Blacks affronteront l'Irlande à Chicago en novembre prochain, deux ans après un match entre les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande devant 61.500 spectateurs, un record pour un match de rugby de ce côté-ci de l'Atlantique.

"Les clubs anglais se tournent vers les Etats-Unis pour des initiatives commerciales et c'est bien, car il faut de nouveaux marchés", explique à l'AFP Bruce Craig, le très influent président de Bath.

"Mais je suis sceptique sur ce championnat qui se monte. C'est difficile de lancer ça, sans les meilleurs joueurs. C'est un produit moyen, avec des joueurs pas très bons", ajoute-t-il aussitôt.

Le Racing 92, grosse cylindrée du Top 14 français et de la Coupe d'Europe, a abordé le marché américain différemment en signant un partenariat avec le club d'Austin, au Texas.

"Cela va dans la logique d'internationalisation de la marque", rappelle Arnaud Tourtoulou, directeur général du Racing 92.

Le club texan calque ses ambitions sur son homologue avec la construction annoncée d'un centre de formation équivalent à celui, perfectionné et ultra-moderne, du Racing. L'écurie francilienne a aussi consenti à un transfert de compétences avec des éducateurs allant à Austin et des jeunes joueurs américains faisant le voyage inverse.

"Il s'agissait pour nous de prendre en route le wagon", reconnaît Arnaud Tourtoulou.

"L'idée à terme est d'aller en novembre 2017 ou en février 2018 disputer un match là bas. Ce sont des territoires qui intéressent un certain nombre de nos partenaires (...) La mondialisation est partout et il faut saisir ces opportunités", conclut le dirigeant du Racing 92.



samedi 16 avril 2016
10:45 - NBA: qui peut ramener Golden State sur terre lors de play-offs ? - FRANCE24.COM

Après avoir collectionné les records et exploits en saison régulière, le champion NBA en titre Golden State est le grand favori à sa succession avant les play-offs qui débutent samedi.

Après 82 matchs d'un calendrier éreintant, les compteurs sont remis à zéro et chaque équipe a sa chance d'être sacrée mi-juin, mais les Warriors tiennent la corde grâce à leur impressionnante saison-record (73 v-9 d) qui leur a permis de faire mieux que les Chicago Bulls de Michael Jordan de 1995-96.

"Qui sait jusqu'où on peut aller ?", s'est interrogé Stephen Curry, le meilleur marqueur de la saison régulière avec une moyenne impressionnante de 30,1 points par match et son total hallucinant de 402 paniers à trois points.

"Il a réussi l'une des saisons les plus impressionnantes de l'histoire", a déclaré, admiratif, son entraîneur Steve Kerr, avant de rappeler qu'"une nouvelle saison débutait" samedi.

"Nous voulons terminer la saison de la meilleure des façons", a poursuivi l'ancien joueur des Chicago Bulls et des San Antonio Spurs.

Les statistiques plaident en faveur des Warriors: parmi les dix équipes dans l'histoire qui ont fini leur saison régulière avec au moins 67 victoires, huit ont décroché le titre suprême.

- En attendant le choc San Antonio-Golden State -

Mieux, les trois précédentes équipes à avoir atteint le chiffre de 69 victoires -- les Chicago Bulls en 1995-96 et 1996-97, les Lakers 1971-72 -- ont toutes été sacrées.

La franchise d'Oakland semble avoir digéré son coup de mou de la fin mars où elle a concédé deux défaites à domicile et montré quelques signes d'essoufflement.

Elle ne devrait connaître aucune difficulté au premier tour face aux Houston Rockets de James Harden qui ont arraché leur billet pour les play-offs lors de la dernière journée de la saison régulière et qui sont, des seize équipes encore en lice, les plus perméables.

Warriors et Rockets s'étaient déjà affrontés en play-offs la saison dernière, un duel remporté aisément par Golden State 4 victoire à 1 en finale de conférence.

La finale de conférence Ouest fait déjà saliver toute la NBA qui anticipe un choc alléchant entre Golden State et San Antonio, les deux meilleures équipes du Championnat 2015/16.

Au premier tour, les Spurs, au sortir de la meilleure saison régulière de leur histoire (67 v-15 d), sont opposées aux Memphis Grizzlies qui ont fini la saison régulière à bout de souffle, avec dix défaites lors de leurs onze derniers matches.

- "King James" en forme -

Les deux autres duels de la conférence Ouest opposent Oklahoma City à Dallas et les Clippers à Portland.

A l'Est, Cleveland, opposé au 1er tour à Detroit, semble au-dessus du lot, mais sans avoir la supériorité presque insolente de Golden State et de San Antonio.

LeBron James a fini fort la saison régulière avec des moyennes de 28,4 points, 8 rebonds et 8,5 passes décisives lors des dix derniers matches des Cavaliers, battus en finale en juin 2015 par les Warriors.

"S'il continue comme ça, il sera difficile de nous battre", a reconnu son entraîneur Tyronn Lue qui a succédé à David Blatt en janvier dans l'espoir d'offrir à Cleveland le premier titre NBA de son histoire.

"Notre efficacité offensive a progressé, le groupe a bien travaillé et a beaucoup progressé en terme de rapidité de jeu, c'est vraiment bon signe pour les play-offs, j'ai vraiment l'impression que nous sommes prêts", a ajouté Lue.

Le danger pour Cleveland pourrait venir de Toronto, opposé à Indiana, ou de l'épouvantail Charlotte dont le bilan depuis février (25 victoires en 34 matches) n'a rien à envier à ceux, sur la même période, de Golden State et San Antonio.

Tableau des play-offs du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) qui débute samedi (entre parenthèse le classement en saison régulière):

. Conférence Est

1er tour:

Cleveland (N.1) - Detroit (N.8)

Atlanta (N.4) - Boston (N.5)

Miami (N.3) - Charlotte (N.6)

Toronto (N.2) - Indiana (N.7)

Demi-finales:

Cleveland ou Detroit - Atlanta ou Boston

Toronto ou Indiana - Miami ou Charlotte

. Conférence Ouest

1er tour:

Golden State (N.1) - Houston (N.8)

LA Clippers (N.4) - Portland (N.5)

Oklahoma City (N.3) - Dallas (N.6)

San Antonio (N.2) - Memphis (N.7)

Demi-finales:

Golden State ou Houston - LA Clippers ou Portland

Oklahoma City ou Dallas - San Antonio ou Memphis

NB: chaque série se joue au meilleur des 7 matchs



vendredi 15 avril 2016
19:48 - Bulls 1996 vs Warriors 2016 : points communs et différences entre deux escouades de légende - TRASHTALK.FR


16:12 - [50 Years of Bulls] Toute l'histoire des Chicago Bulls : la saison 2014-15 - BASKETRETRO.COM


14:00 - La dernière de Michael Jordan au Madison Square Garden en 2003 - BASKETRETRO.COM


09:03 - Un record et des adieux - LADEPECHE.FR
Le 13 avril 2016 restera à jamais gravé dans l'histoire de la NBA : avec sa 73e victoire, Golden State a réussi l'inimaginable en faisant mieux que les Chicago Bulls de Michael Jordan, tandis que la mégastar des Lakers Kobe Bryant a réussi d'incroyables adieux. Un monument est tombé, un géant s'est éclipsé avec style ! Pendant longtemps, le record des Bulls, vainqueurs en 1995-96 de 72 de leurs 82 matchs de saison régulière, a paru hors...

jeudi 14 avril 2016
17:58 - NBA. Une journée historique ! - LETELEGRAMME.FR
Le 13 avril 2016 restera à jamais gravé dans l'histoire de la NBA: avec sa 73e victoire, Golden State a réussi l'inimaginable en faisant mieux que les Chicago Bulls de Michael Jordan, tandis que la...

15:20 - Les dirigeants des Bulls veulent garder Fred Hoiberg - BASKETSESSION.COM


14:37 - Les Warriors battent le record de victoires des Bulls - CYBERPRESSE.CA


12:34 - Basket - NBA - Bilan : les Warriors dans l?histoire, les Bulls à la trappe - SPORT24
Les tops, les flops, les surprises? Découvrez le bilan de la saison régulière qui vient de s?achever.

12:34 - Basket ' NBA ' Bilan : les Warriors dans l'histoire, les Bulls à la trappe - INFOBASKET.FR


11:05 - NBA: Kobe Bryant, le géant des Lakers, tire sa révérence avec style - FRANCE24.COM

Devant 18.000 spectateurs du Staples Center en adoration et des millions de téléspectateurs déjà nostalgiques, Kobe Bryant a marqué 60 points mercredi à 37 ans lors du 1566e et dernier match de sa carrière sous les couleurs pourpre et or des Lakers.

Tout un symbole: pour sa dernière apparition sous le maillot des Lakers, Bryant a défié le temps et livré sa meilleure prestation de la saison avec un total hallucinant de 60 points.

Contre Utah (101-96), il a offert à son équipe de toujours sa 17e victoire d'une saison catastrophique et a montré une énième et ultime fois pourquoi il était un phénomène de la NBA, dans la lignée de Kareem Abdul-Jabbar ou Michael Jordan, un géant du sport mondial, sans doute plus révéré en Europe et en Chine que dans son propre pays.

Depuis qu'il a annoncé le 29 novembre 2015 que la saison 2015-16 serait la vingtième et dernière de sa carrière, l'emblématique N.24 des Lakers a eu le temps de faire ses adieux à la NBA.

Il a ainsi été acclamé dans les salles où il a été autrefois détesté, à San Antonio, Boston ou Détroit, il a reçu de la part des équipes qu'il a affrontées des cadeaux comme un maillot de son lycée de Lower Merion à Philadelphie, un séjour dans la Napa Valley à Oakland ou des skis et un forfait illimité à Salt Lake City.

- 'Le meilleur Laker' -

Mais rien ne pouvait le préparer à l'émouvante cérémonie avant le coup d'envoi de son dernier match.

Après une vidéo retraçant son palmarès et montrant ses plus beaux exploits, comme ses 81 points marqués en 2006, Magic Johnson lui a rendu un vibrant hommage.

"Nous sommes là pour célébrer vingt années de grandeur, vingt années d'excellence, un joueur qui n'a jamais triché et qui a offert à cette équipe cinq titres: tu es tout simplement le meilleur Laker de l'histoire", a déclaré Johnson sous un tonnerre d'applaudissements.

Après l'hymne américain joué à la façon de Jimmy Hendrix par Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers qui est un supporteur acharné des Lakers, Bryant a enfin pu débuter son dernier match sous les acclamations de "son" public, dont un parterre de célébrités comme l'acteur Jack Nicholson, l'ancien footballeur David Beckham et le rappeur Jay-Z, à chaque fois qu'il a eu le ballon en mais.

Et il leur a offert un incroyable festival, l'un de ces matchs qui resteront dans les mémoires.

En première période, il a ainsi marqué 15 des 19 points de son équipe avec un récital d'actions qui ont fait sa célébrité, dont un fadeaway, un improbable circus shot et un insolent panier à trois points.

- Mieux que Jordan -

Il a électrisé encore le Staples Center durant les troisième et quatrième périodes lorsqu'il a atteint successivement 40 points, puis 50 points, pour la 25e fois de sa carrière, et enfin, dans la plus grande hystérie, 60 points en 42 minutes de jeu, comme à ses plus belles heures.

Fils d'un ancien joueur de NBA, Joe Bryant, le prodige, passé directement d'un lycée de Philadelphie aux parquets de la NBA à 17 ans, a accumulé cinq bagues de champion (2000, 2001, 2002, 2009 et 2010), un trophée de meilleur joueur (2008), deux titres de meilleur marqueur (2006, 2007) et 18 participations au All Star Game, le match des étoiles.

Le troisième meilleur marqueur de l'histoire, avec plus de 33.643 points en saison régulière, a vu la fin de son règne perturbé par des blessures graves (rupture d'un tendon d'Achille en 2013, fracture du genou gauche en 2014 et déchirure de l'épaule droite en 2015), mais il a réussi sa sortie.

Les Lakers ne participeront certes pas aux play-offs pour la troisième saison de suite et doivent être totalement reconstruits, mais Bryant a fait bien mieux pour sa "der" que son modèle Michael Jordan qui a remporté, lui, six titres NBA avec Chicago.

Avec ses 60 points, il est parti sur un dernier exploit quand la légende des Chicago Bulls, pour ses adieux en avril 2003 sous le maillot de Washington, avait inscrit 15 points en 28 minutes.

"La fin parfaite aurait été de finir sur un titre de champion, mais je voulais réussir un show et donner le meilleur de moi même, c'était bien de le faire une dernière fois", a-t-il expliqué.

"J'ai du mal à croire que cela se soit passé comme cela, je suis en état de choc, c'est comme un rêve", a conclu "KB".



09:35 - Basket - NBA : Michael Jordan félicite les Warriors de Stephen Curry pour leur record ! - LE10SPORT.COM
Alors que les Warriors ont battu le record de Bulls, Michael Jordan a tenu à féliciter les coéquipiers de Stephen Curry. Le meilleur bilan de l'histoire de la NBA est battu ! Si personne ne voyait?


























Partenaires :

Contact     | © Copyright of Livebasket.fr