Basket

 | Livefoot  | Rugby  | Tennis  | LiveSport  | Mercato  | Actu
LIVEBASKET.fr
mardi 26 juillet 2016
20:25 - NBA - Cleveland prolonge le contrat de son entraîneur - FRANCE24.COM

Les Cleveland Cavaliers, champions NBA en titre, ont annoncé mardi le prolongement du contrat de leur entraîneur Tyronn Lue.

Lue, qui a conduit Cleveland à son premier titre de champion de son histoire, a signé un contrat de "plusieurs années", a indiqué son équipe sans donner plus de précisions.

Selon la presse spécialisée, il aurait signé un contrat de cinq ans d'une valeur de 35 millions de dollars.

Lue, 39 ans, avait succédé à David Blatt, dont il était l'adjoint, en février dernier alors que les joueurs, dont la star LeBron James, adhéraient de moins en moins au discours et aux choix tactiques de l'entraîneur israélo-américain.

Lue est devenu seulement le troisième entraîneur arrivé en cours de saison de l'histoire à remporter le titre NBA alors que Cleveland, mené 3 à 1, a remporté la finale 4 à 3 contre Golden State.

"Ty a pris la direction de notre équipe dans des conditions très difficile et son calme et sa confiance ont été cruciaux pour nous permettre de remporter le titre", s'est félicité David Griffin, le manager général des "Cavs".

Lue a remporté deux titres NBA lorsqu'il était joueur avec les Lakers de Kobe Bryant et Shaquille O'Neal en 2000 et 2001. Il a ensuite défendu les couleurs de Washington (2001-03), Orlando (2003-2004 et 2009), Houston (2004), Atlanta (2004-2008) et Dallas (2008).



dimanche 24 juillet 2016
20:35 - JO RIO 2016 - Basket : Vincent Collet se prononce sur l'absence d'Evan Fournier - LE10SPORT.COM
L?équipe de France sera privée d'Evan Fournier, l'un des meilleurs français. Vincent Collet s'est exprimé sur la non sélection du joueur d'Orlando. Aux Jeux Olympiques, l?équipe de France sera quasi?

mercredi 20 juillet 2016
14:00 - [Collector] Le Top Ten Retro de la semaine ? La révolte des Nuggets en playoffs - BASKETRETRO.COM


mardi 19 juillet 2016
00:05 - A Cleveland, le sacre contesté de Donald Trump - FRANCE24.COM

La convention républicaine a débuté lundi à Cleveland sur une bruyante révolte des "anti-Trump", privant le milliardaire américain, qui peine à rassembler, d'un sacre sans histoires.

Preuve des profondes cicatrices laissées par des primaires acerbes, une véritable cacophonie s'est emparée pendant plusieurs minutes de la salle omnisports Quicken Loans Arena où près de 2.500 délégués venus de 50 Etats s'étaient rassemblés.

Sifflets, cris: les débats ont cédé la place à un concours de décibels entre partisans et opposants de l'extravagant magnat de l'immobilier.

Les délégués anti-Trump ont manifesté leur mécontentement contre l'adoption d'une motion sans vote. "Un vote!" s'est époumonée Diana Shores, une déléguée de Virginie, debout sur une chaise avec d'autres insurgés.

L'homme d'affaires de New York, qui a créé la surprise en écartant un à un ses 16 rivaux des primaires, est attendu dans la soirée dans la vaste enceinte qui accueille durant l'année les matches des Cavaliers, fraîchement auréolés du titre NBA.

Son épouse Melania, un ancien mannequin d'origine slovène de 24 ans sa cadette, et potentielle future Première dame, doit y prononcer un discours très attendu.

En dépit des sondages négatifs, Nancy Riley, déléguée de Floride, croit elle dur comme fer à la victoire de "Donald", le 8 novembre face à Hillary Clinton : "Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui n'osent pas dire qu'ils voteront pour lui".

La perspective de voir une femme accéder pour la première fois à la Maison Blanche? "Je rêve de voir une femme présidente. Mais pas elle!"

- 'Besoin de poigne' -

A l'ouverture des débats, le président du parti Reince Priebus a proposé une minute de silence en l'honneur des policiers abattus "à Baton Rouge, à Dallas et ailleurs".

Le thème politique du jour était la sécurité, aux Etats-Unis et à l'étranger, le fonds de commerce du candidat populiste.

"Nous avons besoin de poigne", a dit Donald Trump lundi dans une interview sur Fox News. "Nous avons besoin de quelqu'un capable d'emmener le pays".

Faisant mine, dans une formulation alambiquée, d'analyser le "langage corporel" de Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, il a affirmé qu'il "se passait quelque chose" chez ce dernier lorsqu'il est question des relations entre Noirs et policiers.

Le monde conservateur s'érige en défenseur des forces de l'ordre, impliquées dans la mort de Noirs mais aussi ciblées par des tireurs ces dernières semaines.

Tonalité très différente, au même moment, à Cincinnati, à quelque 400 kilomètres au sud-ouest de Cleveland, où Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison Blanche, abordait la question des tensions raciales aux Etats-Unis et les drames récents.

"Nous avons devant nous un travail difficile, douloureux mais essentiel pour réparer les liens entre nos communautés et notre police", a-t-elle lancé.

A Cleveland, les autorités locales et fédérales ont pris des mesures de sécurité exceptionnelles pour la convention.

Elles étaient déjà inquiètes après les attentats de Paris et Bruxelles, et celui d'Orlando (Floride). La mort le 7 juillet de cinq policiers à Dallas abattus par un ancien combattant américain, l'attentat de Nice jeudi soir et la mort dimanche de trois autres policiers à Baton rouge (Louisiane), tués par un ancien Marine ayant servi en Irak, ont encore ajouté à la tension ambiante.

De nombreuses manifestations sont attendues à Cleveland. Les premières ont rassemblé pacifiquement quelques centaines de personnes.

- Nombreux absents -

A l'heure du rassemblement républicain, la liste des absents est cependant impressionnante.

Les grands noms du parti ne participeront pas à la convention: ni les anciens présidents Bush, ni les anciens candidats du parti à la présidence John McCain et Mitt Romney ne seront là, hérissés par la personnalité de M. Trump.

Mais le speaker de la Chambre des représentants Paul Ryan y prendra la parole. Et bien sûr le colistier de l'homme d'affaires, le très conservateur Mike Pence, son vice-président éventuel.

En dépit des promesses du magnat de l'immobilier, les têtes d'affiche sont peu nombreuses. Et l'attention se portera principalement sur sa famille: outre sa femme, quatre de ses cinq enfants (Ivanka, Tiffany, Eric, Donald Jr) monteront tout à tour à la tribune.

Son discours d'acceptation de la nomination républicaine est prévu jeudi, mais le milliardaire républicain, devancé dans les sondages par Hillary Clinton, pourrait faire des apparitions tout au long de la semaine.



lundi 18 juillet 2016
21:05 - A Cleveland, le show Donald Trump est lancé -

Treize mois après l'improbable entrée en campagne du milliardaire Donald Trump, le parti républicain a ouvert lundi à Cleveland la convention qui l'investira pour la présidentielle du 8 novembre.

Décor rouge, blanc et bleu, gigantesque bandeau défilant alimenté par des tweets à la gloire du parti et du magnat de l'immobilier: près de 2.500 délégués venus de 50 Etats se sont rassemblés dans la Quicken Loans Arena, qui accueille durant l'année les matchs des Cavaliers, fraîchement auréolés du titre NBA.

L'homme d'affaires de 70 ans, qui a créé la surprise en écartant un à un tous ses rivaux républicains durant la campagne des primaires, est attendu dans la soirée dans la vaste enceinte où son épouse Melania, un ancien mannequin d'origine slovène de 24 ans sa cadette, prononcera un discours.

Cette grand messe républicaine de quatre jours, placée sous haute surveillance policière, sera rythmée par une série de manifestations anti-Trump.

A l'ouverture des débats, le président du parti Reince Priebus a proposé une minute de silence en l'honneur des policiers abattus "à Baton Rouge, à Dallas et ailleurs".

Le thème politique du jour à la convention est la sécurité, aux Etats-Unis et à l'étranger, le fonds de commerce du candidat populiste.

"Nous avons besoin de poigne", a dit Donald Trump lundi dans une interview sur Fox News. "Nous avons besoin de quelqu'un capable d'emmener le pays".

Faisant mine, dans une formulation alambiquée, d'analyser le "langage corporel" de Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, il a affirmé qu'il "se passait quelque chose" chez ce dernier lorsqu'il est question des relations entre Noirs et policiers.

Le monde conservateur s'érige en défenseur des forces de l'ordre, impliquées dans la mort de Noirs mais aussi ciblées par des tireurs ces dernières semaines.

- Clinton à Cincinnati -

Tonalité très différente, au même moment, à Cincinnati, à quelque 400 km au sud-est de Cleveland, où Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison Blanche, abordait la question des tensions raciales aux Etats-Unis et les drames récents.

"Nous avons devant nous un travail difficile, douloureux mais essentiel pour réparer les liens entre nos communautés et notre police", a-t-elle lancé.

Dénonçant devant la NAACP, plus grande organisation de défense des Noirs américains, l'attitude de Trump face aux Mexicains, aux musulmans ou encore aux femmes, Mme Clinton a jugé que ce dernier ne pouvait devenir président des Etats-Unis.

A Cleveland, les autorités locales et fédérales ont pris des mesures de sécurité exceptionnelles pour la convention.

Elles étaient déjà inquiètes après les attentats de Paris et Bruxelles, et celui d'Orlando (Floride). La mort le 7 juillet de cinq policiers à Dallas abattus par un ancien combattant américain, l'attentat de Nice jeudi soir et la mort dimanche de trois autres policiers à Baton rouge (Louisiane), tués par un ancien Marine ayant servi en Irak, ont encore ajouté à la tension ambiante.

Après une campagne des primaires où Donald Trump l'a emporté sur 16 candidats à force de déclarations fracassantes souvent controversées, l'heure est en tout cas à l'unité, même contrainte et forcée, d'un parti traumatisé.

- 'Impatients de rassembler' -

"Impatients de rassembler notre parti et de lui donner une nouvelle impulsion", a lancé sur Twitter Paul Manafort, directeur de campagne de Donald Trump, à l'ouverture des débats.

A l'heure du rassemblement, la liste des absents est cependant impressionnante.

Les grands noms du parti ne participeront pas à la convention: ni les anciens présidents Bush, ni les anciens candidats du parti à la présidence John McCain et Mitt Romney ne seront là, hérissés par la personnalité de M. Trump.

Mais le speaker de la Chambre Paul Ryan y prendra la parole. Et bien sûr le colistier de l'homme d'affaires, le très conservateur Mike Pence, son vice-président éventuel.

Le milliardaire de l'immobilier avait promis une convention "showbiz". Mais les têtes d'affiche sont peu nombreuses, et l'attention se portera principalement sur sa famille: outre sa femme, quatre de ses cinq enfants (Ivanka, Tiffany, Eric, Donald Jr) monteront à la tribune d'ici jeudi.

Les supporters de la première heure du magnat, tels Shaun Ireland, un délégué suppléant du Texas qui faisait la queue dimanche soir à l'une des dizaines de soirées organisées en marge de la convention, jubilent.

"J'avais choisi le candidat de la force alors que les autres gens faisaient de petits calculs électoraux", explique-t-il, un pin's Trump à la boutonnière.

Le but de la convention est d'aider les Américains à mieux comprendre Donald Trump l'homme, a expliqué Paul Manafort: "Son histoire personnelle mérite d'être racontée".

Son discours d'acceptation de la nomination républicaine est aussi prévu jeudi, mais le milliardaire républicain, devancé dans les sondages par Hillary Clinton, pourrait faire des apparitions tout au long de la semaine.



12:00 - Top 10 : Les meilleurs joueurs du Magic d'Orlando - INSIDEBASKET.COM


mercredi 13 juillet 2016
18:05 - Basket: la France avec Gobert aux JO-2016 de Rio, mais pas Fournier - FRANCE24.COM

Aux côtés du leader Tony Parker, le pivot Rudy Gobert fait bien partie des 12 sélectionnés par Vincent Collet qui défendront les couleurs de l'équipe de France de basket aux Jeux de Rio (5-21 août), contrairement à l'arrière Evan Fournier, selon la liste dévoilée mercredi par la Fédération française de basket.

Outre Parker et Gobert, l'équipe de France sera composée sans surprise de Nicolas Batum, Boris Diaw, Nando De Colo, Mickaël Gelabale, Thomas Heurtel, Florent Piétrus, Joffrey Lauvergne, Kim Tillie, Charles Kahudi et Antoine Diot, tous présents au tournoi qualificatif olympique de Manille (TQO), où les Bleus ont décroché leur billet dimanche.

A l'instar de Gobert, Fournier n'était pas présent aux Philippines. Mais contrairement au pivot des Jazz, dont la présence s'est avérée indispensable pour muscler le secteur intérieur de l'équipe, l'arrière d'Orlando n'a pas été retenu.

Sa présence dans les 12 aurait dû obliger le sélectionneur à sacrifier soit Kahudi soit Diot, ce que Vincent Collet n'a pas souhaité faire, compte tenu de leurs services rendus à Manille.

Les Bleus entameront leur préparation par un stage à Pau du 20 au 25 juillet, auquel ne prendra pas part Tony Parker, dont l'épouse attend leur deuxième enfant.

La star des San Antonio Spurs rejoindra normalement ses coéquipiers pour le tournoi préparatoire à Cordoba en Argentine (du 29 juillet au 1er août) auquel participent l'Argentine donc, ainsi que la Croatie et la Serbie.

La Serbie sera d'ailleurs un des cinq adversaires des Français dans le groupe A avec les Etats-Unis, la Chine, l'Australie et le Venezuela. Le tournoi olympique débutera le 6 août par un match contre les Australiens.

Les 12 Français de Rio (avec leur club pour la saison 2015/16):

Meneurs: Tony Parker (San Antonio Spurs/NBA), Thomas Heurtel (Efes Istanbul/TUR), Antoine Diot (Valence/ESP)

Arrière: Nando de Colo (CSKA Moscou/RUS)

Ailier: Charles Kahudi (Villeurbanne/FRA), Mickaël Gelabale (Le Mans/FRA), Nicolas Batum (Charlotte Hornets/NBA, absent au début du TQO)

Ailiers forts: Boris Diaw (San Antonio Spurs/NBA), Florent Piétrus (Nancy/FRA)

Pivots: Joffrey Lauvergne (Denver Nuggets/NBA), Kim Tillie (Vitoria/ESP), Rudy Gobert (Utah Jazz/NBA)



16:44 - Les Bleus sans Evan Fournier mais avec Rudy Gobert à Rio - EUROSPORT.FR
Evan Fournier n'a pas été retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Rio avec l'équipe de France. Si Rudy Gobert est bien dans la sélection, l'ailier d'Orlando, qui a terminé la saison en tant que meilleur marqueur français en NBA (15.4 points de moyenne), ne fait pas partie de la liste des 12 joueurs sélectionnés par Vincent Collet.

16:44 - Les Bleus sans Fournier mais avec Gobert à Rio - EUROSPORT.FR
Evan Fournier n'a pas été retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Rio avec l'équipe de France. Si Rudy Gobert est bien dans la sélection, l'ailier d'Orlando, qui a terminé la saison en tant que meilleur marqueur français en NBA (15.4 points de moyenne), ne fait pas partie de la liste des 12 joueurs sélectionnés par Vincent Collet.

16:44 - Gobert sera bien à Rio mais pas Fournier et ça surprend - EUROSPORT.FR
Evan Fournier n'a pas été retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Rio avec l'équipe de France. Si Rudy Gobert est bien dans la sélection, l'ailier d'Orlando, qui a terminé la saison en tant que meilleur marqueur français en NBA (15.4 points de moyenne), ne fait pas partie de la liste des 12 joueurs sélectionnés par Vincent Collet.

16:44 - Gobert sera bien à Rio mais pas Fournier (et ça surprend) - EUROSPORT.FR
Evan Fournier n'a pas été retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Rio avec l'équipe de France. Si Rudy Gobert est bien dans la sélection, l'ailier d'Orlando, qui a terminé la saison en tant que meilleur marqueur français en NBA (15.4 points de moyenne), ne fait pas partie de la liste des 12 joueurs sélectionnés par Vincent Collet.

14:12 - Vidéo - JO 2016 - Sans Fournier au sein des Bleus... - LIVEBASKET.FR
Absent du Tournoi Qualificatif Olympique remporté par l'équipe de France à Manille dimanche, l'arrière du Magic d'Orlando, Evan Fournier ne devrait pas être du voyage pour les Jeux Olympique à Rio...

mardi 12 juillet 2016
22:49 - Basket. Evan Fournier ne sera pas du voyage à Rio - OUEST-FRANCE.FR
L'arrière d'Orlando Evan Fournier, meilleur marqueur du contingent bleu en NBA, ne sera pas non plus à Rio. Vincent Collet ne l'intégrera pas dans son groupe pour les JO. L'arrière d'Orlando Evan Four...

vendredi 08 juillet 2016
05:23 - Aaron Gordon, futur ailier titulaire à Orlando : Frank Vogel dit oui, les arceaux crient non - TRASHTALK.FR


jeudi 07 juillet 2016
20:40 - Basket - NBA - Evan Fournier reste à Orlando (officiel) - SPORT24


20:40 - Basket ? NBA ? Evan Fournier reste à Orlando (officiel) - INFOBASKET.FR


mardi 05 juillet 2016
14:35 - Basket - NBA : Evan Fournier revient sur son nouveau contrat de 76? avec Orlando ! - LE10SPORT.COM
Alors que Evan Fournier a signé un nouveau contrat avec Orlando, à hauteur de 76M?, l'arrière du Magic admet qu'il ne se rend pas compte de ce montant astronomique. Depuis deux saisons sous le?

lundi 04 juillet 2016
23:35 - JO RIO 2016 - Basket : Evan Fournier veut faire les Jeux Olympiques ! - LE10SPORT.COM
Alors qu'il vient de signer un contrat de 76M? sur cinq ans avec Orlando, Evan Fournier espère pouvoir faire les Jeux Olympiques avec l?équipe de France. Evan Fournier était free agent, mais Orlando,?

12:05 - La NBA en proie à la fièvre des contrats XXXL - FRANCE24.COM

En seulement trois jours, les équipes de NBA, profitant de l'explosion des droits TV, se sont allégrement engagées à dépenser plus de 1,5 milliard de dollars en salaires et n'ont pas peur de susciter l'envie des joueurs de la Ligue nationale de football américain (NFL), jusque-là considérés comme les privilégiés du sport professionnel américain.

. QUI SONT LES GRANDS GAGNANTS ?

Depuis vendredi, tout le monde aux Etats-Unis, même ceux qui ne s'intéressent pas au basket, connaît Mike Conley: grâce à son mirobolant contrat de 153 millions de dollars sur cinq ans, le meneur de Memphis est désormais le joueur le mieux payé de l'histoire de la NBA.

Il n'a pourtant jamais remporté de titre de champion, de trophée de MVP ou même participé au All Star Game, le rendez-vous annuel des meilleurs joueurs NBA.

Mais Conley (13,6 points et 5,6 passes décisives par match) fait partie de ces joueurs qui, à défaut de garantir un titre de champion, font gagner des matches et remplissent des salles, une donnée capitale dans le business qu'est la NBA.

Ce calcul, Toronto l'a également fait pour DeMar DeRozan (135 M USD sur cinq ans), comme Détroit pour Andre Drummond (130 M USD sur cinq ans), Washington pour Bradley Beal (128 M USD sur cinq ans), Charlotte pour Nicolas Batum (120 M USD sur cinq ans) ou encore Boston pour Al Horford (113 M USD sur quatre ans).

. POURQUOI LES SALAIRES DES STARS N'EXPLOSENT PAS ?

Malgré ses deux trophées consécutifs de MVP et son titre de champion 2015, la star de Golden State Stephen Curry n'est "que" le 48e joueur le mieux payé de NBA avec ses 12,1 millions de dollars.

Il a, c'est vrai, signé son contrat en 2012, bien avant qu'il devienne la terreur des parquets. Même si son salaire va être nettement revalorisé en juin prochain, il n'atteindra jamais un niveau extravagant.

Idem pour Kevin Durant et LeBron James, les deux stars de ce mercato 2016, l'un convoité par Golden State, San Antonio ou Miami, l'autre prêt à rempiler avec Cleveland.

Et pour cause, les salaires sont encadrés: il existe un plafond salarial par équipe qui peut être d'ailleurs dépassé, à condition de payer des pénalités, la "luxury tax", comme le champion Cleveland qui va devoir payer 54 millions de dollars.

Le plafond salarial est passé de 70 millions de dollars pour 2014-15 à 90 millions en 2015-16, d'où la récente explosion des salaires. Et ce n'est pas fini, ce plafond va grimper à 107 millions en 2016-17!

Pour garantir l'équité de la compétition et, accessoirement, protéger les bénéfices des propriétaires d'équipes, les salaires sont régis par une convention collective pointilleuse.

Le "contrat maximum" dont rêve tout joueur ne peut ainsi pas excéder plus de 9 millions de dollars, ou 25% du plafond salarial de l'équipe, si le joueur a moins de six ans d'expérience NBA. Il peut grimper jusqu'à 27,5 M pour un joueur qui évolue en NBA depuis plus de dix ans, comme LeBron James.

Mais le syndicat des joueurs veut renégocier cette convention collective dès 2017, car les recettes de la NBA sont en train d'exploser et les joueurs réclament un plus grosse part du gâteau. Un "lock out", ou grève qui retarde voire annule une saison, n'est pas à exclure.

. D'OU VIENT CET ARGENT ?

Les géants de l'audiovisuel Turner et ESPN, filiale de Disney, se sont engagés à débourser 24 milliards de dollars sur neuf ans pour diffuser 164 des 1230 matches de la saison régulière, plus l?intégralité des play-offs.

A partir de 2016-17, ils vont donc verser 2,6 milliards de dollars par saison, contre 930 M jusque là, soit un bond de 180%!

Et ce n'est pas tout: chaque équipe négocie la vente de ses droits TV à un diffuseur local: les Los Angeles Lakers ont ainsi touché le gros lot quand le cablo-opérateur Time Warner Cable a signé un contrat de vingt ans d'une valeur de quatre milliards de dollars, soit 200 millions par saison.

. LES FRANCAIS SONT-ILS A LA MODE?

Les "Frenchies", deuxième contingent étranger le plus important de NBA, profitent eux-aussi de ce vent de folie, à l'image de Batum (Charlotte, 120 M USD), Ian Mahinmi (Washington, 64 M USD), Evan Fournier (Orlando, 85 M USD) en attendant Rudy Gobert, l'un des meilleurs défenseurs de NBA qui devrait signer un très gros contrat avec Utah.

Leur point commun? Ils sont jeunes et ont montré qu'ils avaient la carrure pour s'imposer dans le Championnat le plus relevé de la planète.



06:54 - Evan Fournier : "J?espère aller à Rio" - RMCSPORT.BFMTV.COM


dimanche 03 juillet 2016
23:21 - Recordage de raquette à Orlando : problème de riche pour Frank Vogel et le Magic à l'intérieur - TRASHTALK.FR


12:17 - Fournier touchera 17 millions de dollars par an - SPORT.FR
Evan Fournier a signé un nouveau contrat de 85 millions de dollars sur 5 ans avec les Orlando Magic.

samedi 02 juillet 2016
23:06 - Basket ? NBA ? Ryan Anderson signe à Houston pour 80M$ sur 4 ans - INFOBASKET.FR


22:01 - Basket - NBA - Biyombo rejoint Orlando pour former un duo avec Ibaka - SPORT24


22:01 - Basket ? NBA ? Biyombo rejoint Orlando pour former un duo avec Ibaka - INFOBASKET.FR


18:15 - La Summer League 2016 d'Orlando s'ouvre aujourd'hui : programme et joueurs à suivre - TRASHTALK.FR


12:45 - NBA: Joakim Noah va rejoindre les New York Knicks - FRANCE24.COM

Le pivot franco-américain Joakim Noah, élu meilleur défenseur de NBA en 2013-2014, va rejoindre les New York Knicks, rapporte vendredi soir la chaîne de télévision américaine ESPN.

Noah, 31 ans, avait publié plus tôt dans la journée sur son compte Instagram une photo le montrant avec une casquette des Knicks, sans indiquer formellement qu'il s'agissait de sa nouvelle équipe.

La période des négociations a débuté vendredi en NBA, mais les contrats ne peuvent pas être formellement signés avant le 7 juillet.

Selon ESPN, Noah a rencontré les dirigeants des Knicks, dont le président Phil Jackson, pendant trois heures vendredi soir dans un hôtel d'Orlando (Floride), et les deux parties sont tombées d'accord sur un contrat de quatre années d'un montant global de 70 millions de dollars (63 millions d'euros environ).

Le fils de l'ancien joueur de tennis Yannick Noah est né et a grandi à New York. Selon un membre de son entourage cité par ESPN, "jouer à New York était un rêve pour lui".

Il va retrouver au sein des Knicks son ancien coéquipier des Chicago Bulls Derrick Rose.

Noah a vécu en 2015-2016 la saison la plus difficile de sa carrière depuis ses débuts en NBA, en 2007 à Chicago. Il a en effet perdu son statut de titulaire avec l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Fred Hoiberg, et a dû se faire opérer de l'épaule gauche, mettant prématurément un terme à sa saison, en janvier.

Avec Noah, Rose, Carmelo Anthony et Kristaps Porzingis, les Knicks auront belle allure, même si Noah revient d'une grave blessure et Rose est souvent blessé.

Les Knicks ont fini la saison 2015-2016 avec un bilan largement négatif de 32 victoires et 50 défaites, et n'ont plus participé aux play-offs NBA depuis 2013.



10:35 - Basket - NBA - Les raisons de la signature, pour si peu, de Fournier à Orlando - SPORT24


10:35 - Basket ? NBA ? Les raisons de la signature, pour si peu, de Fournier à Orlando - INFOBASKET.FR


08:02 - Jeff Green à Orlando pour un an et 15 millions : spoiler, ne cherchez pas la logique - TRASHTALK.FR



























Partenaires :

Contact     | © Copyright of Livebasket.fr