Basket

 | Livefoot  | Rugby  | Tennis  | LiveSport  | Mercato  | Actu
LIVEBASKET.fr
dimanche 21 août 2016
23:05 - JO-2016/Basket: le basket reste un empire américain - FRANCE24.COM

Le basket reste un empire américain après l'écrasante victoire du "Team USA", emmené par un formidable Kevin Durant, sur la Serbie (96-66), dimanche en finale des jeux Olympiques de Rio.

Avec cette troisième médaille d'or consécutive, la quinzième en dix-neuf éditions du tournoi olympique, l'époque des Jeux d'Athènes, où la domination des États-Unis avait été lézardée, paraît lointaine.

La finale est toutefois un peu trompeuse car la sélection de NBA n'a pas survolé la compétition. Contre la plupart des autres grandes écoles de basket, l'Espagne en demies (+6), la France (+3), l'Australie (+10) et déjà la Serbie (+3) en poules, elle n'a pas creusé d'écarts énormes. Mais jamais elle n'a paru en danger, même en l'absence des deux superstars Steph Curry et LeBron James, et de quelques autres.

Collectivement, le jeu proposé par les Américains n'a pas toujours été abouti. Normal pour un groupe qui n'avait qu'un mois de vie commune. Mais l'addition des talents individuels leur donnait une marge de sécurité.

L'équipe avait tout l'arsenal nécessaire. Des shooteurs avec Kevin Durant bien sûr (30 points en finale), mais aussi Klay Thompson (12 pts) et Carmelo Anthony (7 pts), ce dernier étant désormais le seul basketteur de l'histoire triple médaillé d'or olympique. Des passeurs (Kyrie Irving), des rebondeurs (DeAndre Jordan, DeMarcus Cousins) et des défenseurs (Jimmy Butler). Il le fallait face à une concurrence de plus en plus relevée.

"Il y a plus d'excellentes équipes qu'en 2008 et 2012. Et leurs joueurs ont l'habitude de la NBA. Ca a rendu la compétition beaucoup plus serrée", a déclaré Mike Krzyzewski, dit "coach K", qui passe la main à l'entraîneur des San Antonio Spurs Gregg Popovich.

- "Coach K" s'en va -

En finale, les Serbes n'ont pas tenu plus de dix minutes. Une fantastique accélération de Durant (18 points dans le seul deuxième quart-temps), un durcissement en défense, et l'omniprésence de Cousins au rebond (15 prises et 13 points) ont mis fin au suspense avant la pause, atteinte sur le score de 52 à 29...

Durant, star d'Oklahoma City qui jouera pour Golden State la saison prochaine, a été un grand leader à Rio. Toujours là dans les moments chauds, il a été le meilleur marqueur du "Team USA" avec 19,3 points de moyenne, sans pour autant tirer la couverture à lui (Anthony a pris presque autant de tirs que lui).

En seconde période, les Américains ont pu dérouler dans une Carioca Arena un peu assoupie, puis faire entrer presque tout leur banc dans le dernier quart-temps et improviser une petite danse de la victoire à côté de leur entraîneur.

"Coach K" quitte son poste à 69 ans avec la satisfaction d'avoir rétabli la suprématie américaine. Il avait pris ses fonctions après l'échec de 2004, à Athènes, le seul des États-Unis aux jeux Olympiques (médaille de bronze) depuis qu'ils y alignent les joueurs de NBA.

Ce fiasco avait pris les dimensions d'une humiliation car pour les Américains, la domination dans ce sport qu'ils ont inventé va de soi. Le basket fait partie de la culture américaine comme le foot de la vie brésilienne.

Selon une étude de la Sports and Business Industry Association, plus de 26 millions d'Américains jouent au basket, dont plus de 4 millions en compétition. Des chiffres à comparer aux 600.000 licenciés français.

Le vrai défi pour les Américains, aussi bien chez les femmes que chez les hommes, serait de rencontrer une sélection de toute l'Europe, comme en golf dans la Ryder Cup, voire du reste du monde.



19:45 - JO-2016/Basket: Gasol maintient l'Espagne sur le podium - FRANCE24.COM

Pau Gasol a maintenu l'Espagne sur le podium des jeux Olympiques en réussissant un match époustouflant face à l'Australie, battue 89 à 88 dans un final à suspense, dimanche à Rio.

Le pivot de 2,13 m, âgé de 36 ans, a inscrit 31 points en ne ratant presque rien (12 tirs sur 15 réussis). Il a aussi pris 11 rebonds pour donner à son pays sa quatrième médaille olympique après l'argent en 1984, 2008 et 2012.

A cinq secondes de la fin de ce thriller, le meneur Sergio Rodriguez n'a pas tremblé pour marquer les deux derniers points sur lancers francs. Les Australiens ont encore eu une balle pour arracher la première médaille de leur histoire, mais ils ont cafouillé la dernière action et n'ont même pas pu tenter un shoot.

La deuxième mi-temps avaient tenu en haleine les spectateurs de la Carioca Arena. Les Espagnols, un moment en tête de douze points en première période, se sont fait rejoindre au retour des vestiaires. Dans les 18 dernières minutes, l'écart, le plus souvent en faveur des Espagnols, n'a jamais dépassé cinq points.

Côté espagnol, Gasol a été bien épaulé par Nikola Mirotic (14 points, 7 rebonds), Sergio Rodriguez (11 points) et Rudy Fernandez (10 points), même si ces joueurs ont raté beaucoup plus de tirs que lui.

L'Australie a aussi été portée par sa star, Patty Mills (30 points), mais le meneur de San Antonio a craqué sur la fin en manquant deux tirs cruciaux dans les 70 dernières secondes.

Avec ce podium, les Espagnols confirment leur statut de grande nation du basket, même avec une génération parfois considérée comme vieillissante. Gasol a 36 ans et n'a pas indiqué s'il continuait en sélection. D'autres joueurs comme Juan Carlos Navarro, Sergio Rodriguez et Rudy Fernandez ont dépassé la trentaine.

Comme souvent, l'Espagne avait mal commencé le tournoi par deux défaites contre la Croatie et le Brésil qui l'avaient envoyée dans le tableau des Américains dès les demi-finales et lui coûtent finalement l'argent.



samedi 20 août 2016
20:35 - JO RIO 2016 - Basket : Cette star de NBA qui s'enflamme littéralement pour Tony Parker ! - LE10SPORT.COM
Alors que Tony Parker a tiré sa révérence avec l?équipe de France de basket, James Harden est élogieux à l?égard de la star de San Antonio. Avec la lourde défaite de l?équipe de France mercredi?

vendredi 19 août 2016
16:35 - Basket - NBA : Spurs, JO... Les vérités de Tony Parker ! - LE10SPORT.COM
Alors qu'il vient d?être éliminé en quarts de finale des Jeux Olympiques, Tony Parker semble se tourner déjà vers sa carrière avec San Antonio. Pour son dernier match sous la tunique de l?équipe de?

16:05 - JO-2016/Basket: Etats-Unis-Espagne, avec ou sans Gasol? - FRANCE24.COM

Jouera-t-il ou ne jouera-t-il pas? L'Espagne est suspendue au mollet de sa star Paul Gasol avant la demi-finale du tournoi olympique de basket contre les États-Unis, vendredi à Rio.

Le pivot de 2,13 m traîne une contracture depuis l'avant-dernier match de poule. Il a joué les suivants, mais son rendement s'en est trouvé limité (5 points en quarts contre la France).

"Il ne va pas bien. Je ne peux pas affirmer (qu'il va jouer). Il continue à se soigner", a dit l'entraîneur, l'Italien Sergio Scariolo.

Le Catalan, âgé de 36 ans, n'est certes pas douillet. A l'Euro-2015, il souffrait aussi du mollet, ce qui ne l'avait pas empêché de marquer 40 points contre la France en demi-finales. "On connaît tous l'importance de Pau dans notre équipe, mais sa santé est prioritaire", a dit l'entraîneur.

Avec Gasol au sommet de sa forme, le duel contre les Etats-Unis s'annonce palpitant. Il s'agira du quatrième d'affilée en phase finale des Jeux et les précédents, tous avec Gasol, avaient tenu leurs promesses, surtout la finale de Pékin-2008, un des plus beaux matchs de l'histoire.

Sans lui, le match perdrait de son piment. Depuis quinze ans, le futur joueur de San Antonio est la pierre angulaire de tous les succès de l'Espagne, championne du monde en 2006, trois fois championne d'Europe (2009, 2011, 2015) et double médaillée d'argent olympique. A 36 ans, il est encore le deuxième contreur (13 au total) et rebondeur (8,7 par match) du tournoi olympique, et le meilleur marqueur espagnol (17 points de moyenne).

- Changement d'attitude -

La première défaite d'une équipe de NBA aux Jeux depuis 2004 aurait moins de chance de se produire, mais pour gêner les Américains, la recette resterait la même: jouer le match de sa vie en espérant que l'adversaire aura un jour sans, et privilégier le collectif sur l'individuel. "Il faut jouer à 5 contre 5. En 1 contre 1, ce serait du suicide", prévient Scariolo.

Les Etats-Unis n'ont pas fait très forte impression en première phase. Les trois équipes de valeur de leur groupe les ont accrochés: l'Australie, battue de dix points, la France et la Serbie, de trois. Kevin Durant, Carmelo Anthony ou Klay Thomson ont appuyé tour à tour sur l'accélérateur pour l'emporter, mais le jeu collectif manquait de liant.

En revanche, l'équipe de Mike Krzyzewski n'a pas laissé de place au suspense en quarts face à l'Argentine (105-78), montrant que les choses sérieuses avaient commencé. Le changement d'attitude n'a pas échappé à Scariolo.

"Ils savaient qu'ils finiraient premiers de leur groupe sauf cataclysme. En quarts, ils se sont donnés beaucoup plus, jusqu'à tuer le match", dit-il.

La "Roja", que les Espagnols aiment appeler la ÑBA, avec une "tilde" comme dans España, parce que nombre de ses joueurs sont, ou ont été, dans la grande ligue américaine (Gasol, Rubio, Fernandez, Rodriguez, Mirotic, Calderon), est montée elle aussi en puissance après avoir perdu ses deux premiers matchs. Presque une habitude pour elle.

Dans l'autre demi-finale, l'Australie sera favorite face à la Serbie: les "Boomers" l'avaient emporté nettement (95-80) lors de la première phase.



jeudi 18 août 2016
13:24 - Pau Gasol et l'Espagne continuent d'y croire - RDS.CA
Pour Tony Parker, le basket international, c'est terminé, mais pour son futur partenaire avec les Spurs de San Antonio, Pau Gasol, la chasse à la médaille continue.

10:25 - JO-2016/Basket: pour Parker c'est fini, pour Gasol ça continue - FRANCE24.COM

Pour Tony Parker, le basket international, c'est terminé, mais pour son futur partenaire aux San Antonio Spurs, Pau Gasol, la chasse à la médaille continue: le géant Espagnol fera une nouvelle tentative pour battre les Américains aux jeux Olympiques, vendredi à Rio, en demi-finale.

Cette occasion que le Français n'a jamais eue de défier les Etats-Unis dans un match décisif aux Jeux a déjà été offerte trois fois à Gasol, en finale à Londres et à Pékin et en quart à Athènes. Trois fois, il a échoué, mais la montée en puissance de la "Roja" à Rio et les hésitations des États-Unis pendant la première phase ont fait renaître l'espoir.

Malheureusement pour lui, et pour l'Espagne, le pivot ne sera peut-être pas dans sa meilleure forme à cause d'une contracture au mollet qui le gêne depuis deux matches. "J'ai quelque chose, on verra si c'est grave ou pas", a-t-il dit.

A 36 ans, il a un peu hésité avant de s'engager pour une quatrième campagne olympique, notamment à cause du virus Zika. Mais comme il partage avec Parker l'amour du maillot, il a rempilé, avec l'espoir de décrocher enfin l'or, l'un des rares titres qui lui manquent. "Mon engagement avec la sélection est plus fort que la peur de ce qui pourrait se passer", a dit l'intérieur, qui tourne à 17 points et 8,7 rebonds de moyenne au Brésil.

Comme TP, qu'il va rejoindre l'automne prochain au Texas, Gasol a fait franchir plusieurs marches à l'Espagne dans la hiérarchie mondiale. Avec la génération des "Niños de oro" (les enfants en or), il a gagné, après les Euros et Mondiaux juniors, les plus belles médailles chez les grands: l'Euro à trois reprises en 2009, 2011 et 2015, l'argent olympique en 2008 et 2012 après deux finales d'anthologie contre les Américains, et aussi l'or au Mondial-2006, où il n'avait pas pu jouer la finale à cause d'une blessure en demie (ce qui ne l'avait pas empêché d'être élu MVP du tournoi).

- Le meilleur Européen depuis dix ans -

Immense (2,13 m), mais aussi vif, adroit, extrêmement intelligent et intimidant en défense, le Catalan est "le joueur européen le plus dominant depuis dix ans", selon Vincent Collet. Le sélectionneur français en sait quelque chose, car Gasol et les Espagnols ont souvent douché les espoirs des Bleus de Parker: aux Euros de 2009, 2011 et 2015, en France, ou encore aux Jeux de 2012. Quand la France a, enfin, gagné à l'Euro-2013, Gasol n'était pas là, puis quand elle a confirmé au Mondial-2014, c'est Parker qui était absent.

Les Jeux de Rio seront probablement les derniers du Barcelonais, même s'il ne l'a pas officiellement annoncé. "Chaque tournoi est un peu plus spécial que le précédent parce qu'on ne sait pas s'il y en aura d'autres", a-t-il dit.

Quand Gasol s'arrêtera, il laissera un vide aussi grand dans le basket espagnol que Parker dans son sport en France. Comme TP, il a été le premier joueur de son pays à s'imposer en NBA, dès 2001, ouvrant la voie à de nombreux autres. Il a été le premier à gagner le titre (deux fois avec les Lakers en 2009 et 2010) et il a disputé le All Star Game à six reprises (une fois avec son frère Marc en 2015). Il est tout simplement le meilleur.



08:24 - Basket. Pour Parker c'est fini, pour Gasol ça continue  - LETELEGRAMME.FR
Pour Tony Parker, le basket international, c'est terminé, mais pour son futur partenaire aux San Antonio Spurs, Pau Gasol, la chasse à la médaille continue : le géant Espagnol fera une nouvelle...

02:05 - JO-2016/Basket: les Américains éteignent le feu argentin - FRANCE24.COM

Les basketteurs américains ont rapidement éteint le feu argentin pour se qualifier facilement pour les demi-finales du tournoi olympique, 105 à 78, mercredi à Rio.

Les Argentins ont commencé la rencontre sur les chapeaux de roue et menaient de dix points (19-9) après quatre minutes de jeu. Mais il était hors de question pour cette équipe dont l'ossature est un quatuor de vétérans champions olympiques à Athènes en 2004 de continuer sur un tel rythme.

La "Team USA" a réagi brutalement et fait taire les nombreux supporteurs en bleu ciel et blanc qui peuplaient la Carioca Arena lors d'un terrible 27 à 2 en douze minutes. On était alors au début du deuxième quart-temps, les Américains menaient 36 à 21 et le match était virtuellement terminé.

Le reste n'a été qu'une promenade, qui a dû faire du bien aux stars de la NBA, chahutées lors de leurs trois précédents matches par les Australiens (+10), les Serbes (+3) et les Français (+3).

Les coéquipiers de Kevin Durant doivent d'ailleurs s'attendre de nouveau à de la résistance en demi-finale contre l'Espagne, impressionnante dans sa victoire sur la France 92 à 67.

Les Espagnols devront essayer de maîtriser la star, auteur d'un match de grande classe : 27 points (avec 7 paniers à 3 points sur 9 tentatives), sept rebonds et six passes décisives. L'ailier Paul George (17 points, 8 rebonds) et le pivot DeMarcus Cousins (15 points) ont été les autres Américains les plus en vue.

Ce quart de finale était le dernier match avec l'Argentine de Manu Ginobili (14 points, 7 passes), l'arrière des San Antonio Spurs, qui a fait ses adieux au basket international le même jour que son partenaire de club, le Français Tony Parker.

Ginobili, 39 ans, médaillé d'or à Athènes, était aussi le leader de l'équipe d'Argentine qui avait été la première à battre une formation de joueurs de NBA, en poule au Championnat du monde 2002 à Indianapolis.



02:05 - JO-2016: de l'or, des larmes et du bronze sur tapis vert pour les Bleus - FRANCE24.COM

Parker humilié pour sa fin de carrière internationale, après une cinglante défaite contre l'Espagne, mais les Vestes bleues en or en saut d'obstacles: les JO de Rio ont offert toutes les émotions à la France mercredi, avec même une médaille sur tapis vert pour Mekhissi sur 3000 m steeple.

92-67: le score est humiliant pour "TP", Nicolas Batum and co., qui n'ont jamais existé face aux Espagnols, doubles vice-champions olympiques. Et fin de carrière en bleu donc pour Parker, après presque 16 années de bons et loyaux services et un titre de champions d'Europe en 2013 pour apothéose.

Pour le meneur de jeu de San Antonio, c'est le retour aux Etats-Unis maintenant: les JO sont terminés pour le quadruple vainqueur de la NBA, qui ne rejoint donc pas en demi-finale des JO les "Experts", leurs homologues féminines du hand ou les "Braqueuses" du basket.

Les yeux rougis, Parker a quitté la scène en enlaçant ses partenaires, puis en tombant dans les bras de Pau Gasol, le géant Catalan, encore une fois parfait dans son rôle de bourreau côté espagnol.

Ces larmes de tristesse du meneur de jeu de l'équipe de France de basket, qui perd également Florent Piétrus et Mickael Gelabale, ont bien sûr fait écho à celles, mardi soir, de Renaud Lavillenie, hué et sifflé sur le podium dans le stade olympique, à l'heure de recevoir sa médaille d'argent du concours à la perche.

- Rozier: Philippe après Marcel -

Cette image restera probablement comme une des plus fortes de ces JO de Rio: Lavillenie qui craque et pleure, puis part se réfugier sous une tribune, où il est réconforté par Serguei Bubka, l'ex-tsar de la perche.

Mais les larmes étaient aussi de joie mercredi dans le camp tricolore, et notamment du côté des Vestes bleues de l'équitation. Après l'équipe du concours complet, elle aussi en or la semaine passée, les cavaliers ont récidivé à Deorodo, en saut d'obstacles par équipes cette fois, 40 ans après l'exploit de leurs prédécesseurs à Montréal en 1976.

Symbole: le fils, Philippe Rozier, succède à son père Marcel, l'un de ces héros de 1976. Avec ses partenaires Kevin Staut, Roger-Yves Bost et Pénélope Leprévost.

Et joie aussi, plus contenue, pour les "Experts", qualifiés en demi du tournoi de hand avec une victoire relativement aisée 34-27 contre les Brésiliens. Toujours en lice, donc, pour un troisième titre olympique consécutif, il leur faudra maintenant affronter l'Allemagne, championne d'Europe.

Pour Mahiedine Mekhissi, ce fut les deux: la peine, puis la joie, en différé. Double vice-champion olympique du 3000 m steeple, il rêvait d'une troisième médaille d'affilée sur la piste. Voire d'une victoire, enfin, contre l'armada kényane. Mais c'est d'abord la 4e place qui lui revient, la pire.

- Mekhissi rejoint Mimoun -

Mais Mekhissi porte réclamation contre le Kenyan Ezekiel Kemboi, le médaillé de bronze, qui aurait "coupé le virage à la mi-parcours". Et le verdict tombe, vers 17h30 locales: le Kényan est déclassé, Mekhissi remonte sur le podium, et rejoint ainsi dans l'histoire un certain Alain Mimoun, lui aussi médaillé sur trois JO d'affilée (1948-1952-1956). Mais il est le seul à avoir été médaillé trois fois de suite sur la piste, Mimoun n'ayant été médaillé que sur le marathon en 1956...

Une médaille de bronze inespérée donc, soit 31 médailles désormais au total pour les Bleus, dont huit en or. Avec les trois médailles virtuelles de la boxe, dont le métal n'est pas encore connu, le cap des 35 breloques de Londres est déjà quasiment atteint.

Bref, du suspense au programme. Et jusqu'au bout, avec évidemment un contre-appel des Kényans, rejeté moins d'une heure plus tard...

Pas de suspense, par contre, pour Neymar et Bolt. Le premier a marqué deux buts, dont une première fois au bout de 15 secondes, et envoyé le Brésil en finale du tournoi de foot, après sa victoire 6-0 contre le Honduras.

Quant au second, 72 heures après son troisième titre olympique d'affilée sur 100 m, il est attendu en soirée en demi-finale du 200 m, la seconde manche de ce triple-triple annoncé: trois victoires sur trois JO consécutifs sur 100 m, 200 m et au relais 4x100 m. Et sauf chute ou météorite, on voit mal qui pourrait empêcher "l'éclair" de se qualifier pour la finale de jeudi.

Un nouvel exploit d'Usain Bolt permettrait au CIO d'occulter en partie l'arrestation à son hôtel de l'un de ses hauts dirigeants, l'Irlandais Patrick Hickey, président des Comités olympiques européens (EOC) et membre de la commission exécutive du CIO, au petit matin, dans le cadre d'une enquête sur un réseau de vente illégale de billets pour les Jeux de Rio.

Ce coup de filet fait suite à d'autres arrestations et plusieurs mandats d'arrêt ont été lancés visant d'autres personnes. A la base du dossier: 781 billets qui auraient été revendus à des prix bien supérieurs à leur valeur faciale, pour des recettes "d'au moins 10 millions de réais", soit 2,8 millions d'euros.



mercredi 17 août 2016
22:25 - JO-2016: Tony Parker, l'homme qui a fait grandir le basket français - FRANCE24.COM

Même sans médaille olympique, Tony Parker est l'homme qui a hissé la France parmi les nations majeures du basket mondial en seize ans d'une carrière internationale achevée mercredi, à 34 ans, sur une lourde défaite en quarts de finale des Jeux de Rio.

Couvert de titres et d'honneurs en NBA, la grande ligue où il a servi d'éclaireur, dès 2001, à un grand nombre de compatriotes, Parker avait atteint l'objectif tant convoité, un premier titre international pour le basket français, à l'Euro-2013.

C'était la récompense d'une remarquable fidélité au maillot bleu, pour lequel il n'a jamais cessé de clamer son amour. Depuis sa première sélection, en l'an 2000, le génial meneur a conduit une douzaine de campagnes, enchaînant sans rechigner avec des saisons américaines exténuantes. Quelques fois blessé, comme au Mondial-2006, il n'a renoncé de lui-même qu'une fois à représenter son pays, au Mondial-2014, où la France était allée, sans lui, chercher une médaille de bronze.

Pourtant, TP a été pendant plus d'une décennie le joueur sur lequel ont reposé toutes les chances du basket français. Au long de ses 181 capes (2741 points, soit plus de 15 de moyenne), il a été en même temps le leader, l'inspirateur, l'organisateur et le finisseur. On ne compte plus les rencontres qu'il a gagnées presque à lui seul: la demi-finale de l'Euro-2013 contre le grand rival espagnol (32 points, proche de son record, 37 lors d'un match perdu contre la Turquie), la demi-finale de l'Euro-2011 contre la Russie (22 points), qui avait envoyé la France aux JO pour la première fois depuis douze ans, ou dernièrement la finale du TQO de Manille contre le Canada (26 points).

- Un fameux "teardrop" -

Dans ses premières années, il éblouissait surtout par son exceptionnelle vitesse balle en main, ses démarrages fulgurants et ses slaloms funambulesques au milieu des défenses, souvent conclus par son fameux "teardrop" (larme en anglais), un tir en cloche indispensable à ce joueur d'1,88 m pour lober les défenseurs les plus gigantesques.

Toujours soucieux de progresser, Parker a ensuite appris la gestion plus posée du jeu "à l'européenne" avec le sélectionneur Vincent Collet, puis s'est doté d'un tir fiable à longue distance avec l'aide d'un "shot doctor" à San Antonio et au prix d'un travail de Romain: jamais moins de 200 tirs par jour.

Comblé avec les San Antonio Spurs, quatre fois champion de NBA (2003, 2005, 2007, 2014), MVP (meilleur joueur) de la finale en 2007, six fois "All Star", payé à pris d'or (12 millions de dollars par an sans compter les contrats publicitaires) et installé dans une luxueuse villa dotée d'un terrain de basket couvert, d'un court de tennis... et d'un superbe cave, la star aurait parfaitement pu bouder la sélection.

Mais TP, né à Bruges en 1982 d'un fils de basketteur américain et d'une Néerlandaise, est français par choix et a toujours voulu "rendre à son pays ce qu'il lui a donné". Arrivé nourrisson à Denain, dans le Nord, il a passé son enfance près de Rouen, puis il a poursuivi sa formation à l'INSEP, où il a rencontré son grand ami Boris Diaw. Entretemps, il avait opté pour la nationalité française à l'âge de quinze ans. Après deux saisons au PSG-Racing, il signait pour les Spurs de l'entraîneur Gregg Popovich, son futur mentor.

- Président de l'ASVEL -

Vivant aux Etats-Unis, Parker a évidemment un côté américain: sa mentalité de gagneur et son optimisme certes, mais aussi sa façon d'afficher sa réussite et son goût pour le marketing, deux traits de caractère qui ont suscité des critiques, malgré ses nombreux engagements en faveur des enfants pauvres ou malades.

Ainsi en 2012, alors qu'on venait de lui préférer, comme en 2016, quelqu'un d'autre pour porter le drapeau tricolore à la cérémonie d'ouverture, le vice-président du CNOSF Jean-Luc Rougé avait jugé que le basketteur était "le symbole de la réussite sportive mais également du clinquant et du sport business".

Chanteur de rap à ses heures - il a même sorti un album en 2007 - Parker est aussi un "people", en France et aux Etats-Unis. Son mariage puis son divorce avec l'actrice Eva Longoria ont fait le bonheur des journaux à sensations. Il s'est remarié en 2014 avec une Française, Axelle Francine, avec laquelle il a eu deux enfants, le dernier né juste avant les Jeux, le 29 juillet.

Parker ne jouera plus pour les Bleus et son grand rêve de décrocher une médaille olympique restera inassouvi. Mais sa carrière va se poursuivre quelques saisons aux Etats-Unis et il restera lié au basket français en tant que président de Villeurbanne, le club dans lequel il a investi.



dimanche 14 août 2016
20:11 - Vidéo - LeBron - Bowen : ''Il mérite d'être payé'' - LIVEBASKET.FR
Le 3 fois champion en NBA et ancien joueur des Spurs de San Antonio, Bruce Bowen, ne comprend pas les critiques envers LeBron James et son nouveau deal de 100M$ sur 3 ans, avec les Cavaliers de Cleveland.

samedi 13 août 2016
18:10 - Les 5 grandes dates de la saison prochaine en NBA - FR.MSN.COM


vendredi 12 août 2016
15:48 - Le calendrier officiel des Spurs 2016-17 : grosses dates, road trips, par ici pour tout savoir - TRASHTALK.FR


jeudi 11 août 2016
15:33 - San Antonio Spurs : la fin d'une ère - BASKETSESSION.COM


11:01 - Stephen Jackson balance sur « l'égoïsme » de Tony Parker : humm pourquoi les Spurs l'ont viré déjà ' - TRASHTALK.FR


06:10 - Matt Bonner ne devrait pas revenir aux Spurs : la fin d'une ère, aussi immense que celle de Duncan - TRASHTALK.FR


02:45 - JO-2016/Basket: il a fallu du grand Carmelo Anthony aux Américains - FRANCE24.COM

Carmelo Anthony a dû sortir le grand jeu (31 points) pour donner la victoire aux Américains sur une formidable équipe d'Australie, 98 à 88, dans leur troisième match du tournoi olympique de basket, mercredi à Rio.

Les Australiens étaient en tête de cinq points à la mi-temps et encore de deux au début du dernier quart-temps. L'écart n'a grimpé qu'en toute fin de rencontre.

Les Etats-Unis n'ont plus perdu un match international depuis leur défaite en demi-finale du Mondial-2006 contre la Grèce et aux jeux Olympiques depuis Athènes-2004, contre l'Argentine, en demi-finale également. Personne ne les voit avec autre chose que la médaille d'or autour du cou le 21 août, malgré l'absence des deux plus grandes stars de la NBA Stephen Curry et LeBron James (et de quelques autres).

Anthony, 32 ans, a commencé très fort en marquant les 9 premiers points américains sur trois paniers à trois points. A la mi-temps, il avait déjà inscrit 17 points. C'est lui qui a repris les choses en main dans le quatrième quart-temps, alors que les Américains n'arrivaient pas à se défaite des "Boomers". La star des New York Knicks a marqué 14 points dans le dernier acte, mettant fin au fol espoir des Australiens.

- Neuf paniers à trois points -

Grâce à ce carton plein, l'ailier, auteur de neuf paniers à trois points, est devenu le meilleur marqueur américain de l'histoire aux jeux Olympiques, devant LeBron James, avec qui il a disputé trois éditions en 2004, 2008 et 2012.

Les Américains ont eu le mérite de ne pas s'affoler alors que leurs adversairs rentraient tout en première période (68% d'adresse), surtout l'intenable shooteur Patty Mills, coéquipier de Tony Parker à San Antonio, auteur de 30 points au total.

Le meneur Kyrie Irving, excellent lui aussi dans le dernier quart-temps, a ajouté 19 points pour le "Team USA" et Kevin Durant 14.

Les Australiens ont livré une partie superbe, confirmant leurs ambitions de podium. Assurés de terminer deuxièmes du groupe A, ils peuvent rêver de retrouver les Américains en finale.

Il ne s'agit que d'une demi-surprise vu la composition de l'équipe. Patty Mills, meilleur scoreur des Jeux de Londres (21,2 points), est entouré de quatre autres joueurs de NBA, le pivot Andrew Bogut (15 points), Joe Ingles, Matthew Dellavedova (11 points et 11 passes) et Aron Baynes et d'autres pointures comme l'intérieur David Andersen (13 points), champion de France avec Villeurbanne cette saison.

Les Australiens s'étaient mis en confiance avant d'affronter les Etats-Unis en donnant deux corrections à la France (88-67) et à la Serbie (95-80), deux rivaux directs pour les médailles.



mercredi 10 août 2016
08:18 - Mario Hezonja postérise Patricio Garino, le nouveau joueur des Spurs - BASKETSESSION.COM


mardi 09 août 2016
23:35 - Basket - NBA : Tony Parker dézingué par l'un de ses anciens coéquipiers ! - LE10SPORT.COM
Stephen Jackson, ancien coéquipier de Tony Parker aux San Antonio Spurs, a taclé l'international tricolore. Il y a des come-back heureux, d'autres un peu moins. Stephen Jackson en sait quelque chose.?

samedi 06 août 2016
21:25 - JO-2016/basket: les Français, méconnaissables et humiliés d'entrée par l'Australie - FRANCE24.COM

Les basketteurs français, méconnaissables malgré le retour de Tony Parker, ont raté leur entrée aux Jeux de Rio, samedi, en sombrant face à l'Australie (66-87), qui n'est pourtant pas la plus redoutable équipe de leur groupe.

Placés dans un groupe où figurent l'immense "Team USA" et la Serbie, vice-championne du monde, les Bleus se devaient de l'emporter contre les "Boomers" qui n'ont jamais gagné une seule médaille, Mondial et JO confondus.

Un succès leur aurait donné plus de chances de ne pas terminer quatrièmes, la dernière place synonyme de qualification pour les quarts de finale. Et, ainsi d'éviter un adversaire trop périlleux à ce stade de la compétition.

Mais les Bleus, qui ont grillé un joker, devront très certainement réaliser une performance contre la Serbie pour espérer terminer au moins troisième.

Déjà inquiétants lors des matches amicaux (3 défaites contre la Serbie, la Croatie et l'Argentine, 0 victoire), les Bleus n'ont jamais vraiment trouvé la bonne carburation.

Absent lors de la préparation olympique pour cause de deuxième paternité, Parker a pourtant sonné la révolte au coeur du deuxième quart-temps lorsque les siens étaient aux abois (17-32) et faisaient preuve d'un étonnante passivité défensive.

Le meneur des Spurs de San Antonio, qui dispute sa dernière campagne internationale, a pris les choses en mains, empilant ainsi 15 points en un peu plus de cinq minutes (33-36).

Mais les Français n'ont pas su faire fructifier cette remontée au retour des vestiaires, subissant l'impact physique des Australiens et la mécanique bien huilée de leur cinq majeur à l'accent NBA.

Le musculeux Aron Baynes les a fait souffrir ainsi que Patty Mills, qui partage le poste de meneur avec Parker chez les Spurs. C'est lui qui a remis les Australiens à bonne distance d'une flèche à trois points (46-36).

La suite a viré à la leçon de basket, l'écart grimpant même à +20 (52-72) à cinq minutes de la fin.

Les Français devront se ressaisir dans la nuit de lundi à mardi contre la Chine, l'un des deux adversaires les moins forts de leur poule avec le Venezuela.



15:35 - JO RIO 2016 : Bolt, Phelps, Riner? Tony Parker et ses «héros» ! - LE10SPORT.COM
Alors que Tony Parker s'apprête à débuter les Jeux Olympiques, le meneur des Spurs s'est confié sur ses plus grandes idoles dans le sport. Si Tony Parker est d'ores et déjà l'un des plus grands?

14:05 - JO-2016/Basket: pour les Bleus déjà un match crucial face à l'Australie - FRANCE24.COM

Inquiétants lors de la préparation olympique, les basketteurs français devront se remettre d'aplomb dès leur entrée en piste à Rio contre l'Australie samedi (19h15 française), un match déjà crucial.

Les Bleus feraient bien de ne pas rater leur entrée en matière pour se donner des chances de faire mieux que quatrièmes, la dernière place qualificative pour les quarts de finale. Car deux des autres membres de cette poule A, la Serbie, vice-championne du monde, et surtout les États-Unis, seront bien plus difficiles à accrocher.

Il leur faudra pour cela montrer un autre visage que lors de la préparation en Argentine. Sans Tony Parker, resté aux Etats-Unis pour profiter de la naissance de son deuxième garçon, les Tricolores se sont inclinés trois fois en trois matches: contre les Serbes (88-105), la Croatie (70-76) et la vieillissante sélection argentine (79-86).

Cela n'a rien de rassurant à l'heure d'affronter les "Boomers" et leur cinq majeur à l'accent NBA. S'ils n'ont encore jamais remporté une seule médaille, JO et Mondial confondus, les Australiens présentent une sélection solide qui peut donner du fil à retordre aux Bleus.

"C'est une équipe très physique qui mise beaucoup sur cette qualité. Il faudra les empêcher d'installer leur jeu bien huilé", explique le capitaine Boris Diaw, qui croisera l'un de ses anciens partenaires, Patty Mills.

Le joueur de 27 ans évolue chez les Spurs de San Antonio où il partage le poste de meneur avec Parker. C'est l'une des vedettes de l'équipe australienne qui peut aussi compter sur d'autres joueurs de talent comme l'imposant Andrew Bogut (2,07 m, 122 kg).

L'ancien intérieur de Golden State a surmonté la blessure au genou gauche qui l'avait privé de la finale NBA pour revenir juste à temps pour Rio. David Andersen, champion de France avec Villeurbanne cette saison, est là pour renforcer le secteur intérieur.

Les autres joueurs les plus dangereux sont l'arrière de Milwaukee Matthew Dellavedova, l'intérieur de Detroit Aron Baynes ainsi que Joe Ingles (arrière-ailier), partenaire de Rudy Gobert au Utah Jazz.

En termes de profondeur de banc, les Australiens semblent néanmoins un ton en-dessous des Bleus. L'efficacité des rotations pourrait faire la différence.



vendredi 05 août 2016
23:16 - C?était il y a seulement 10 ans ? Spurs : échec dans la quête du repeat malgré un Tony Parker All Star - TRASHTALK.FR


jeudi 04 août 2016
20:25 - JO-2016/Basket: Parker veut finir en beauté - FRANCE24.COM

Pour sa dernière campagne internationale, Tony Parker tentera de mener la France vers une première médaille olympique depuis 2000 lors des Jeux de Rio (5-21 août) où les États-Unis, malgré de nombreux absents, seront encore les grandissimes favoris.

C'est au Brésil que la star du basket hexagonal, qui a failli être porte-drapeau de la France, mettra fin, à 34 ans, à sa carrière en Bleu après seize années de bons et loyaux services marquées par un titre de champion d'Europe (2013) et trois autres médailles continentales (argent en 2011, bronze en 2005 et 2015).

Lors des Jeux, "TP" n'a pas connu de tels honneurs. Il n'était pas encore assez aguerri pour vivre, il y a seize ans à Sydney, l'épopée vers la médaille d'argent de la génération des Yann Bonato, Antoine Rigaudeau et Laurent Foirest.

En 2012, pour ses premiers Jeux, à Londres, "la bande à Parker" avait été stoppée en quarts de finale par l'Espagne. "Les JO, c'est l'un des plus importants événements sportifs. Pour nous basketteurs, c'est comparable à la Coupe du monde de football", souligne le meneur des Spurs de San Antonio.

Donner une troisième médaille olympique à la France (après celles d'argent de 2000 et de 1948) serait l'apothéose pour "TP" qui, malgré sa carrière riche en NBA (quatre titres de champion), a toujours eu à c?ur de s'investir pour sa patrie.

- Saison déjà riche -

Cela rendrait encore plus radieuse une saison déjà riche en événements pour lui. Car s'il a échoué tôt en play-offs NBA avec les Spurs, Parker a par ailleurs obtenu son premier titre de champion de France en tant que président avec Villeurbanne et a conduit brillamment les Bleus vers la qualification pour Rio, lors du TQO de Manille. Il est aussi devenu père pour la deuxième fois, fin juillet.

L'heureux événement a fait manquer la préparation olympique à "TP". Sans lui, les Français ne se sont pas rassurés en Argentine, s'inclinant trois fois en autant de matchs, contre la Serbie (88-105), la Croatie (70-76) et la vieillissante "Albiceleste" (79-86). Et ce, malgré le retour du géant Rudy Gobert (2,15 m), qui n'avait pas participé au TQO de Manille.

Au vu de son palmarès et de son "cinq majeur" à fort accent américain, l'équipe dirigée par Vincent Collet fera partie des principaux prétendants au podium.

Mais il faudra d'abord s'extirper d'un groupe relevé où figurent entre autres la Serbie vice-championne du monde, l'Australie (leur premier adversaire samedi) et surtout les Etats-Unis qui seront encore les immenses favoris, même en l'absence de Stephen Curry et LeBron James. "Ce sera très, très dur de les accrocher", reconnaît Parker.



mercredi 03 août 2016
13:59 - Les Spurs signent David Lee - BASKETSESSION.COM


mardi 02 août 2016
18:25 - JO-2016/Basket: trois défaites et bien plus d'inquiétudes pour la bande à Parker - FRANCE24.COM

Trois matches de préparation et trois défaites, une défense en souffrance et un Nando Do Colo seul en attaque : les voyants sont au rouge pour la bande à Tony Parker à quatre jours de ses débuts à Rio et son ultime défi, le podium olympique.

Certes, les Bleus n'avaient pas leur leader sur le parquet : Parker était retenu par la naissance de son deuxième enfant, Liam, le 29 juillet.

"Mon fils Liam et sa maman se portent bien, tellement heureux d'être papa pour la seconde fois", a tweeté le meneur des San Antonio Spurs il y a quatre jours.

La star de la NBA, un temps en lice pour devenir le porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture mais finalement dépassé par Teddy Riner, est annoncé mardi à Rio, précédant de quelques heures l'arrivée de ses coéquipiers.

"TP" va désormais se concentrer sur son dernier objectif avec l'équipe de France : décrocher une médaille aux Jeux, la compétition qui le fait rêver depuis qu'il s'est lancé dans l'aventure bleue en 2000, avec une victoire au Championnat d'Europe des moins de 18 ans avec son ami Boris Diaw.

Les chantiers ne manquent pas pour les hommes de Vincent Collet, qui se sont inclinés en préparation contre la Serbie en encaissant plus de 100 points (105-88), la Croatie (76-70) et l'Argentine (86-79).

"On sentait qu'il y avait des hésitations, un manque de fluidité, la confiance était un peu absente aussi. Tout ça, il faut que l'on reconstruise patiemment", a reconnu le sélectionneur tricolore après le revers contre la Croatie.

- 'Monter notre niveau' -

La saison à rallonge, l'éprouvant voyage à Manille pour décrocher le billet pour le Brésil et l'intensité de la préparation olympique sur le continent sud-américain peuvent expliquer en partie la fatigue des joueurs.

"C'est évident que nous allons devoir monter notre niveau pour le tournoi olympique", a admis un Collet réaliste.

Ses joueurs ont failli contre l'Argentine derrière la ligne des trois points, comme en témoigne le famélique 4 sur 19 enregistré lundi soir à Cordoba (centre de l'Argentine), contre 19 sur 41 pour l'Albiceleste !

En l'absence de Parker, c'est De Colo qui a pris en mains l'équipe de France et terminé meilleur marqueur des Bleus contre l'Argentine (20 points) et la Croatie (17 pts).

Le Nordiste continue de surfer sur sa fin de saison avec le CSKA Moscou, marquée en mai par une victoire en Euroligue assortie du titre de MVP, non seulement de la saison régulière mais également du Final Four. Derrière en revanche, on cherche les soutiens.

"On a besoin que nos joueurs reprennent des couleurs, comme Nicolas (Batum), ou Rudy (Gobert) qui a été moins bien" face à la Croatie que contre la Serbie, a expliqué Collet.

La France a construit ses succès internationaux ces dernières années (or à l'Euro-2013, argent à l'Euro-2011, et bronze au Mondial-2014 et à l'Euro-2015) sur une défense de fer. Là, elle vient d'encaisser en moyenne près de 90 points par match.

Seul point positif de cette tournée de préparation, les Bleus ont su montrer du caractère pour revenir dans la rencontre face à l'Argentine de Manu Ginobili et Carlos Delfino, après un premier quart-temps raté.

A Rio, les Bleus entreront en lice samedi contre l'Australie (14h15 locales, 19h15 françaises), avec dans leur poule l'ogre américain et la Serbie notamment. Un faux départ pourrait les pousser vers un cador dès les quarts de finale, comme ce fut le cas à Londres où la bande à Parker avait été éliminée par l'Espagne.



09:25 - JO-2016/Basket: la France chute face à l'Argentine en match de préparation - FRANCE24.COM

L'Argentine a dominé à domicile la France 86-79 en match de préparation pour les Jeux de Rio (5-21 août) lundi soir, infligeant une troisième défaite d'affilée aux Bleus.

Avec 15 points chacun, Carlos Delfino et Emanuel Ginobli ont été les meilleurs marqueurs argentins, tandis que Nando de Colo a mis 20 points pour les Bleus.

Cette défaite est la troisième encaissée par les Français en autant de matches joués au cours de cette série de matches préparatoires aux JO de Rio.

Privés du meneur des San Antonio Spurs Tony Parker (34 ans), absent pour des raisons familiales, ils s'étaient inclinés contre la Serbie, puis la Croatie la semaine dernière.

Tony Parker rejoindra les Bleus mardi à Rio, juste avant le début des JO.



dimanche 31 juillet 2016
11:29 - Jonathon Simmons conservé par les Spurs - BASKETSESSION.COM


11:05 - JO-2016/Basket: la Croatie domine la France, privée de Parker en match de préparation - FRANCE24.COM

Privés de leur star Tony Parker, absent du parquet pour raisons familiales, les Bleus ont chuté face à la Croatie 76-70 en match de préparation pour les Jeux de Rio (5-21 août), samedi en Argentine, après une défaite contre la Serbie la veille.

Chez les Croates, Dario Saric (18 points, 8 rebonds) et Roko Ukic (10 points, 4 rebonds) ont particulièrement brillé. Côté Français, Nando de Colo a marqué 20 points au cours du match disputé à Cordoba, à 800 km au nord-ouest de Buenos Aires.

Comme la veille contre la Serbie, le meneur des San Antonio Spurs Tony Parker (34 ans), qui prendra sa retraite internationale à l'issue du tournoi olympique, était resté auprès de sa compagne qui a accouché vendredi de leur 2e fils. Il rejoindra les Bleus le 2 août à Rio.

Ils affronteront l'Argentine dans la nuit de lundi à mardi avant de s'envoler pour le Brésil.




























Contact     | Mentions Légales     | Charte cookies     | © Copyright of Livebasket.fr